Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Inclusion financiere : un catalyseur de croissance inclusive

Inclusion financiere : un catalyseur de croissance inclusive

L’accès élargi aux services financiers permettra une croissance économique inclusive à Madagascar, a noté la Banque mondiale, mardi dernier, dans son dernier rapport sur les évolutions économiques récentes au pays.

La croissance économique s’est accrue à 0,8%, entre l’année 2017 et 2018, et à près de 2% ces cinq dernières années. Mais cette performance enregistrée n’a eu aucune répercussion positive auprès des ménages. La pauvreté a à peine reculé. Ainsi, l’inclusion financière est une piste à creuser pour promouvoir une croissance inclusive dans la Grande île, selon la Banque mondiale.

Pour aller dans ce sens, une nouvelle stratégie nationale pour l’inclusion financière (2018-2022), validée en février dernier,  est en cours de préparation, dans le but d’augmenter de 29 % à 45 % entre 2016 et 2022, le nombre d’adultes ayant accès aux services financiers formels.

A l’heure actuelle,  l’inclusion financière reste faible à Madagascar, essentiellement en milieu rural. L’enquête Finescope, menée au niveau national en 2016, montre que 31% des adultes en milieu urbain et 46% en milieu rural sont exclus de tout type de service financier, que ce soit formel ou informel.

Mobile Banking

Par ailleurs, la Banque mondiale estime aujourd’hui que le mobile banking est une première étape vers l’accès accru aux services financiers à Madagascar. Grâce à ce système, l’éloignement des agences n’est pas une contrainte, les frais de tenue de compte sont plus abordables et l’insécurité liée au fait d’avoir de l’argent liquide sur soi diminue.

En effet, 40% de la population malgache possède actuellement un téléphone portable. « Au fur et à mesure que le pays se développe, la demande en téléphones mobiles et la clientèle potentielle du système financier augmenteront également », note la banque mondiale dans son rapport.

Et de préciser que « le manque de revenus disponibles pour acheter un téléphone mobile ne constitue pas nécessairement un obstacle à l’utilisation de l’argent mobile ».

Les données Findex montrent en outre que le pourcentage des adultes possédant un compte auprès d’une institution financière ou d’un service d’argent mobile a doublé au cours des trois dernières années (de 9% en 2014  à 18% en 2017). Toutefois, l’accès au service financier à Madagascar reste bien inférieur à la moyenne en Afrique subsaharienne qui est de 43%.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.