Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Secteur des TIC : le Goticom dénonce un pillage des ressources intellectuelles

    Secteur des TIC : le Goticom dénonce un pillage des ressources intellectuelles

    Le Groupement des opérateurs des technologies de l’information et de la communication (Goticom) décrit la situation actuelle du secteur informatique comme un pillage des  ressources intellectuelles. Hier, à la Chambre de commerce à Antaninarenina, Goticom a manifesté son désaccord à ce genre de concurrence déloyale qui est un signe d’affaiblissement du secteur.

    A Madagascar, le secteur des Tic pèse de 150 millions de dollars par an avec plus de 15.000 emplois directs et 60.000 emplois indirects. Avec une disponibilité de main-d’œuvre qualifiée et de ressources humaines en informatique, le pays est aujourd’hui devenu une destination Tic pour les pays francophones.

    Toutefois, une grande menace pèse sur la Grande île selon Jean Luc Rajaona, président du Goticom, qui a fait savoir que, «Actuellement, plusieurs cabinets de recrutement viennent à Madagascar juste pour recruter nos ressources humaines en informatique et les envoyer dans les pays francophones, en particulier en France, pour un aller simple».

    «Ces cabinets de recrutement investissent dans des débauchages massifs au sein de nos entreprises. Toutes les grandes entreprises informatiques à Madagascar et par extension celles des autres secteurs sont victimes de ce pillage», a-t-il dénoncé.

    Certes, l’implantation de plusieurs entreprises étrangères ainsi que le développement des infrastructures grâces aux divers opérateurs dans le pays constituent une opportunité d’emploi pour les  600 à 700 ingénieurs sortants par an. Mais cette ressource demeure insuffisante dans la mesure où la majorité de ces techniciens partent à l’étranger.

    «Il devient difficile pour nous, opérateurs des Tic, de recruter des ingénieurs et techniciens. Qui plus est, le salaire des ingénieurs et techniciens informatiques malgaches sont deux à trois fois plus élevés que celui des ingénieurs des autres domaines», a indiqué pour sa part Michel Razafindralambo, directeur d’Etech Madagascar, membre du Goticom.

    Un appauvrissement global du pays

    Pour le Goticom, cette situation s’apparente à un affaiblissement de la valeur ajoutée , une diminution des rentrées de devises, une diminution du PIB à Madagascar, bref un appauvrissement global du pays.

    «Nous, Goticom, sommes partant pour que les entreprise développent de la valeur ajoutée à Madagascar.Goticom est le premier à encourager les entreprises à venir investir à Madagascar. Même l’ensemble des entreprises du Goticom envoie ses ingénieurs et  techniciens en France soit pour se former ou pour des missions de trois à six mois. Par contre, nous ne voulons pas que ces entreprises prennent nos ressources et les exportent à l’étranger», a réitéré Jean Luc Rajaona.

    «Ainsi, nous voulons sensibiliser l’opinion et interpeller le gouvernement malgache et l’administration française pour leur dire que la situation actuelle va à l’encontre du développement du secteur à Madagascar, étant donné que chaque partie a ratifié des accords de co-développement», a-t-il conclu.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.