Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Ressource  halieutique : le crabe de mangrove victime de son succès

Ressource  halieutique : le crabe de mangrove victime de son succès

La forte hausse des exportations de crabe vers l’Asie présente un réel risque pour l’avenir de cette filière porteuse à Madagascar.

Alors que les exportations de crabe de mangrove ont été multipliées par trois en l’espace de cinq ans dans la Grande île, cette ressource halieutique est victime de son succès actuellement. En fait, les risques de surexploitation planent toujours aujourd’hui, en dépit des mesures prises par le ministère de tutelle et les autorités locales depuis 2015. En plus, la dégradation des mangroves qui sont les habitats naturels des crabes, est également à craindre.

Dans l’optique de revaloriser cette filière à Madagascar et de promouvoir une gestion durable de cette ressource halieutique, un atelier interrégional est organisé à Morondava, à partir de ce jour par le ministère des ressources halieutiques et de la pêche (MRHP), en collaboration avec le réseau Mihari, WWF et l’ONG Blue Ventures, regroupant les pêcheurs d’Atsimo Andrefana, Menabe et Melaky, c’est-à-dire les principales zones de production de crabe dans le pays.

En effet, les enquêtes menées par le programme Smartfish  montrent que le prix du kilo du crabe auprès des pêcheurs est passé de 950 ariary en 2011 à 3150 ariary en 2015. Par conséquent, la majorité des pêcheurs actifs dans les mangroves se sont convertis, au moins périodiquement, à la pêche aux crabes ou à la pêche multi spécifique qui vise trois principaux groupes de produits halieutiques, notamment le crabe, le poisson et les crevettes.

Les mesures de protection peinent à être respectées

Malgré tout, la pression sur cette ressource halieutique ne cesse d’augmenter. A cela s’ajoute la croissance démographique et la migration vers les côtes, ou encore l’accès libre à cette ressource.

En 2015, des mesures de gestion ont été appliquées, notamment  les quotas de pêche et d’exportation, la taille minimale autorisée, le respect de la saison de pêche, la protection des femelles ovées et des crabes mous, ainsi que l’interdiction de la coupe et la vente de bois de mangrove.

Mais, un certain relâchement est de plus en plus constaté auprès des opérateurs ces dernières années. En outre, l’insuffisance de l’effectif des inspecteurs du Centre de surveillance des pêches ne facilite par le contrôle sur le terrain.

Le potentiel de production de Madagascar pour le crabe des mangroves, Scylla serrata ou «drakaka», est de 7 500 tonnes par an. La production nationale est inférieure à 4 500 tonnes par an. L’exploitation du crabe à Madagascar s’étale de septembre à juin. Selon les  réglementations en vigueur, la pêche est fermée sur tout le territoire entre juillet et août pour permettre le renouvellement des stocks.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.