Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: combien vaut la propriété ?

Pourquoi la Ville élague-t-elle les arbres ? « Pour les garder en santé, pour contrôler les insectes et lutter contres les maladies, pour éliminer les risques d’accident, pour dégager la voie pour les automobilistes et les piétons, pour réduire les dégâts causés par les intempéries, notamment les grands vents, la neige et la pluie verglaçante, pour faire de la place aux lampadaires, aux immeubles et aux services publics ». Pour inciter ses habitants à prendre soin de ses arbres, la Ville a un argument de choc :

« N’oubliez pas qu’un terrain paysagé peut augmenter de 5 à 20 % la valeur d’une propriété ». Il ne vous aura pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que la Ville qui explique l’importance de l’élagage n’est pas une ville malgache. C’est Ottawa, la capitale du Canada.

Le premier indice était facile à trouver : la neige et la pluie verglaçante ne sont pas des risques que nous craignons pendant notre hiver. Les indices suivants ne nous sont pas plus familiers : garder les arbres en santé ou faire de la place aux lampadaires ? Cela ne fait partie ni de notre vocabulaire, encore moins de nos préoccupations, on peut le constater partout dans nos villes, dans nos campagnes et sur toutes les routes du pays.

Nous, ce qu’on aime c’est la nature dans tous ses états et surtout sans contrainte. C’est vrai pour les arbres comme pour les humains d’ailleurs. Nos arbres poussent donc dans tous les sens.

De temps à autre, on appelle les pompiers pour faire un peu de ménage. En général, il est déjà trop tard pour élaguer. Alors, on saccage le paysage en écartant religieusement toute considération esthétique étant entendu que nous ne cherchons pas à augmenter la valeur de nos villes, dont nous sommes les copropriétaires, sinon les locataires négligents. Le grand nettoyage, c’est encore plus compliqué. Quand la nature nous fait cadeau d’une belle tempête, nous aimons garder sur place les souches et les troncs des arbres déracinés, comme le souvenir partagé d’un moment difficile. Et c’est notre propriété qui perd de 5 à 20% de sa valeur.

Kemba Ranavela

Les commentaires sont fermées.