Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Abus de liberte de presse: le HVM s’attaque à des enfants

Ignorance ou abus ? A moins que cela ne soit les deux. Le régime HVM, par le biais de ses médias, a en effet choisi de contrer ses adversaires politiques en s’attaquant à leurs enfants.

Présents  lors du meeting de l’IEM avec la population de Vohémar, vendredi dernier, les enfants de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, ont été victimes de cet abus du clan HVM en mettant à la «une» leur photo sans en avoir l’autorisation. Ce qui est un mépris total des règles déontologiques en matière de respect des textes réglementaires mais aussi en matière de la pratique politique elle-même.

D’ailleurs, les critiques ont fusé sur les réseaux sociaux durant tout le week-end. Les principaux intéressés, c’est-à-dire les parents, se sont aussi exprimés, par le biais d’Andry Rajoelina.  «Quelles que soient les divergences de points de vue dans le domaine de la politique, en aucun cas, les enfants ne doivent y être mêlés». C’est en ces termes que l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, s’est exprimé après la publication d’une photo de ses enfants. Ce dernier d’évoquer ainsi les droits fondamentaux des enfants mineurs qui exigent un respect total de leur vie privée. En effet, la photo en question n’avait aucun rapport avec le contenu de l’article paru à l’intérieur du journal, et aucune autorisation de publication de la part des parents…

Il faut rappeler que l’article 17 du Code de la Communication médiatisée, adopté par le régime HVM, stipule que «est interdite toute publication sous toutes les formes médiatiques ou autres de l’identité des mineurs de moins de 18 ans sauf consentement par écrit des parents ou de toute personne ou institution assurant leur garde ou ayant autorité sur l’enfant», et que «La violation de cette disposition est passible d’une peine d’amende de un à deux millions d’ariary».

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est le régime qui a fait adopter ce texte et il estle premier à le bafouer.

Recueillis par Rakoto

Les commentaires sont fermées.