Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Véronique VOULAND-ANEINI : « La France sera impartiale »

Véronique VOULAND-ANEINI : « La France sera impartiale »

Outre les sujets liés à la coopération malgacho-française, les élections et l’insécurité ont été au centre des discours, lors de la célébration du 14 juillet, samedi, à la Résidence de France.

«La France sera impartiale». C’est, en somme, le message annoncé par l’ambassadeur de France, Véronique Vouland-Aneini, par rapport aux échéances électorales qui se tiendront prochainement à Madagascar.

Lors de son discours, la diplomate a en effet voulu afficher la neutralité de son pays. Par ailleurs, elle a ajouté que «la seule ambition française est d’accompagner ceux qui ont la responsabilité de tenir des élections incontestables par lesquelles les électeurs malgaches choisiront effectivement leur président et leurs députés».

Auparavant, Véronique Vouland-Aneini a indiqué qu’ elle est confiante dans la capacité du pays à relever les défis des scrutins libres et transparents. «Vous aurez tous, à un degré ou à un autre, un rôle à jouer dans le bon déroulement des scrutins. Je voudrai d’emblée vous assurer notre soutien aux cotés de nos partenaires de Madagascar», a-t-elle lancé à l’endroit des parties prenantes aux élections.

Stabilité

Outre le président de la Haute cour constitutionnelle (HCC) et le  président de la Ceni, des membres du Gouvernement, des chefs des partis politiques, des représentants de la Société civile ainsi que d’anciens responsables étatiques ont aussi été aperçus sur place, samedi dernier.

Le ministre des Affaires étrangères, Dovo Eloi Maxime Alphonse, qui a représenté la partie malgache à l’occasion, a pour sa part assuré que «Madagascar ne saurait qu’être reconnaissant envers la France pour son indéfectible soutien aux acquis démocratiques malgaches à travers, notamment, sa contribution au Projet d’appui au cycle électoral à Madagascar».

Et d’ajouter, «Le Gouvernement réitère ici son engagement pour que le processus électoral actuel soit transparent et inclusif afin que les résultats soient acceptés par tous et conduisent à une stabilité politique du pays».

En tout cas, en matière de coopération, Madagascar et la France sont au diapason que ce soit à travers l’AFD, les ONG ou encore le secteur privé. «La bonne gouvernance, le développement durable, la volonté de donner à chacun la possibilité de contribuer à la croissance du continent africain et d’en bénéficier», ont par ailleurs été les maitres mots de cette coopération.

J.P

Le cas des kidnappings évoqué

La question sécuritaire, en particulier le cas des kidnappings qui frappe en majorité la communauté française, a été l’un des principaux points du discours de l’ambassadeur de France, Véronique Vouland-Aneini.

« Mesdames et messieurs les ministres, ces Français se sont placés sous votre protection, or ils se sentent de plus en plus menacés, ils subissent l’insécurité qui frappe l’ensemble de la population et certains d’entres eux, issus de la communauté française d’origine indienne, sont particulièrement victimes d’un phénomène préoccupant et en croissance, celui des enlèvements qui touche à présent des enfants et des femmes », a déploré la diplomate.

Comme elle l’a souligné également, ce sujet a été évoqué à plusieurs reprises  entre les présidents des deux pays, sauf que, jusqu’ici, aucune amélioration n’est constatée. «Il s’agit bien sûr de protéger les personnes, forcément affectées par la violence qui sévit sur elles, mais au-delà, de maintenir la capacité de Madagascar à attirer les investisseurs à assurer son développement et à préserver  son image internationale», a-t-elle poursuivi.

Les commentaires sont fermées.