Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Pêche illégale: action de lutte à Ankazomborona

Important coup de filet des « polisin’ala » d’Ankazomborona, dans la baie d’Ambaro au nord-ouest de l’île. Récemment, ces rangers communautaires ont intercepté six pirogues qui ont emmené des pêcheurs illégaux dans les mangroves. Ces derniers, interpellés durant la nuit, ont été conduits au village pour être jugés selon le « dina ».

L’association Ankameva à Ankazomborona gère aujourd’hui les 926 hectares de mangroves autour du village. « C’est le village en entier, avec les autorités traditionnelles et administratives, qui a décidé l’interdiction de la pêche nocturne. Nous, les polisin’ala, sommes là pour faire respecter cette décision », a expliqué Ahmad Jacques, président de l’organisation communautaire. Depuis leur prise de fonction en 2016, ils ont déjà attrapé 16 pêcheurs illégaux et 23 coupeurs illicites de mangroves.

Comme dans d’autres localités, le « dina », une réglementation traditionnelle et communautaire, s’impose aujourd’hui comme l’outil régissant la gestion efficace des ressources naturelles. Ce genre de législation dicte, entre autres, les amendes à payer pour tous ceux qui enfreignent la réglementation, comme les pêcheurs illégaux. Aussi, les contrevenants arrêtés doivent signer une lettre d’engagement contre la récidive et les représailles.

Ainsi, les six pêcheurs illégaux qui viennent des villages avoisinants ont écopé d’une amende de 400.000 ariary pour chaque embarcation interceptée. Les contrevenants ont accepté publiquement de s’acquitter de leur amende. Au total, deux millions d’ariary ont été versés au comité local du dina.

Arh.

Les commentaires sont fermées.