Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Présidentielle: Jean Omer Beriziky change d’avis

Présidentielle: Jean Omer Beriziky change d’avis

C’est devant plusieurs politiciens et en présence de Thérèse Zafy, l’épouse du défunt et ancien président de la République Albert Zafy, que l’ancien premier ministre Jean Omer Beriziky a annoncé officiellement sa candidature samedi dernier au domicile du professeur. Et, le port du  fameux «satroka penjy» et le choix du lieu n’ont pas été fortuits car c’est le parti Union nationale pour le développement et la démocratie (UNDD), fondé par le professeur, qui l’a soutenu dans cette décision.

Cette nouvelle résolution a étonné plus d’un. Car Jean Omer Beriziky a affiché son désaccord par rapport à la tenue d’élections anticipées. «Ce ne sera qu’une élection qui n’apportera pas un apaisement au pays qui plus est,  avec une date qui n’a pas été décidée que par une frange de politiciens», a-t-il ponctué récemment.

Et cette position, il l’a entérinée en fin juin dernier à Andohalo, lors d’une signature d’une convention avec d’autres leaders politiques comme Edgard Razafindravahy, Eliana Bezaza, Pety Rakotoniaina… Ils revendiquent la tenue d’une refondation avant les élections.

Des engagements…

«Pour suivre la voie menée par le président Albert Zafy, un modèle de leader malgache et pour concrétiser ses désirs», s’est justifié l’ancien chef de gouvernement.  La force tranquille pour le changement et la solidarité. Tel est son leitmotiv pour présenter ses dix engagements à la population et à la Nation au cas où il serait élu.

Parmi ces gages, le rétablissement de la dignité du peuple malgache, comme l’Etat de droit, la mise en place de la décentralisation effective, la lutte contre l’insécurité rurale et urbaine qui figureront parmi ses priorités. Il s’engage également à réformer l’éducation, la santé afin qu’ils puissent être accessibles à toutes les couches sociales.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.