Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Kidnapping: Sabira Vasram libérée sur la route digue

Kidnapping: Sabira Vasram libérée sur la route digue

Après avoir été kidnappée vendredi dernier, Sabira Vasrama a retrouvé la liberté samedi dernier, après 32 heures de captivité.

La mise en liberté de Sabira Vasram a été plus rapide par rapport aux autres rapts constatés depuis le début de l’année. Mais pour la quinquagénaire et sa famille et ses proches, l’attente semble durer une éternité. La famille a vécu le plus long jour de sa vie.

Libérée du côté de la route digue

Les informations qui ont filtré sur la circonstance exacte de la libération de l’Indo-pakistanaise, dirigeante de la société Sodiama Hankoo, reste minime. Mais l’on sait qu’elle a été relâchée par les ravisseurs samedi dernier, vers 19 heures 30, du côté de la route digue. Elle a été très affectée par les évènements et était très fatiguée lorsqu’on  l’a retrouvée sur les lieux.

Une bande organisée

En dépit des investigations de la Cellule mixte d’enquête (CME), les malfaiteurs restent en cavale. Mais d’après les enquêtes, il s’agit d’une bande organisée, voire des professionnels. Leur manière d’agir pendant les coups démontre qu’ils ne sont pas de simples voleurs. D’ailleurs, ils utilisent des motos et des voitures afin de réaliser leurs méfaits.

Comme le Collectif des Français d’origine indienne

de Madagascar (CFOIM) l’a déclaré, la situation est critique, voire désespérante car c’est la valeur humaine qui est bafouée directement par cette série de kidnappings.

« La loi de la jungle, malheureusement, c’est ce qui se passe aujourd’hui. En plein jour, on se permet, comme il y a quelques mois à Antanimena, de s’attaquer à des gens à visage découvert alors qu’il y a des agents de sécurité (publics ou privés) sur les lieux », a indiqué un membre du collectif. « Le facteur sécurité, c’est la plus basique de ce que demande un être humain », a-t-il conclu.

Ando Tsiresy

 

Les commentaires sont fermées.