Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Madagascar se plaint

Il faut reconnaître que la situation n’est pas très florissante à Madagascar.

Nous le savions déjà par la lecture de nos confrères locaux, mais des lettres particulières que nous recevons témoignent de la légitimité des doléances qui se font entendre un peu partout.

Jadis, ce furent les exploitations aurifères qui déçurent les colons ; aujourd’hui, ce sont celles de graphite.

On sait que la production avait été intensifiée sur l’invitation même du gouvernement ; mais les demandes des pays alliés s’étant subitement ralenties, la production de la Grande Île se trouve trop importante aujourd’hui.

C’est ainsi que des stocks énormes se sont accumulés, qui augmentent encore par suite de l’impossibilité de charger, le tonnage disponible ayant été réservé au transport des « produits plus nécessaires ».

Les haricots, les cuirs, les raphias dont l’exportation faisait vivre les populations de la colonie sont réquisitionnés et achetés aux cours d’avant-guerre, ce qui ne laisse pas de mécontenter les habitants, colons ou indigènes, car cela leur rend la vie d’autant plus difficile que toutes les matières manufacturées coûtent généralement 100 % plus cher qu’avant 1914.

Le Courrier colonial

American Consular Service

Tananarive, Madagascar, 18 juin 1918.

Monsieur le Rédacteur du Tamatave, Tamatave.

Monsieur le Rédacteur,

Me référant à un avis paru dans votre numéro de samedi 15 juin courant, concernant une offre de fret pour New York, de Tamatave, par un voilier attendu prochainement, j’ai l’honneur de vous informer, et vous prie de vouloir bien faire publier dans un de vos prochains numéros, que le Consulat n’a reçu aucun avis officiel ou de source privée indiquant qu’il existait une demande particulière aux États-Unis pour les peaux et les bois du pays.

Veuillez agréer, etc.

  1. J. Carter,

Consul américain.

Courrier de France en perspective

En dehors du Bankoku-Maru, un courrier a quitté Marseille à la fin du mois de mai.

Il sera à Tamatave vers le 20 juillet.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.