Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

IEM: Andry Rajoelina ovationné à Mananara Avaratra

IEM: Andry Rajoelina ovationné à Mananara Avaratra

La tournée du TGV s’est poursuivie à Mananara Avaratra hier. Une rencontre qui a permis au leader du Mapar, Andry Rajoelina, de connaître les aspirations de la population. Comme d’habitude, la foule était au rendez-vous.

Notables, anciens élus et membres de partis se sont succédé pour présenter leurs doléances à l’ancien chef de la Transition concernant l’infrastructure routière, la Jirama, l’insécurité et le coût de la vie, l’exploitation de la vanille… «Beaucoup  d’entre vous m’ont sollicité pour venir ici mais chaque chose a son temps», a lancé le numéro un de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM).

Il s’est ensuite adressé aux jeunes de Mananara Avaratra qui, d’après lui, ont du potentiel. «Je sais que Mananara est riche mais le chômage gagne du terrain chez les jeunes, le délestage persiste mais, rassurez-vous, je suis là avec mon programme pour l’IEM afin de sortir le pays de cette impasse», a-t-il déclaré.

Insécurité, corruption,infrastructure…

Andry Rajoelina a également évoqué les questions de l’insécurité qui sévit dans le district actuellement. «Je sais ce qui vous tracasse. Tout cela est dû à une mauvaise gestion, mais nous y remédierons bientôt», a-t-il souligné. Le leader du Mapar entend ainsi intégrer dans son programme la lutte contre la corruption qui fait obstacle au développement.

Lors de cette descente sur les lieux, Andry Rajoelina a pu constater le mauvais état des routes et de certaines infrastructures comme l’hôtel de ville. «Nous n’avons obtenu aucun financement lors de la Transition, pourtant nous avons pu faire une augmentation de 10% sur le salaire chaque année, construire des hôpitaux, des Trano mora, ainsi que des stades dans chaque province».

Pour l’ancien président de la Transition, une nouvelle politique s’impose. «On ne peut plus berner le peuple, ayez confiance en moi».

Rakoto

Les commentaires sont fermées.