Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Les archives au feu

Sous ce titre, la Tribune de Madagascar plaide la cause des archives de la Grande Île qui ne semblent pas assez protégées et dont la perte peut avoir des conséquences fâcheuses.

C’est ainsi que notre confrère nous rapporte qu’en 1914, dans l’incertitude de l’avenir, des chefs de postes, notamment dans l’Ouest, reçurent l’ordre de brûler leurs archives pour réduire leurs impedimenta.

Ainsi disparut, dit notre confrère, le témoignage des méthodes employées par les officiers de Gallieni – entre autres le fameux capitaine Maritz – pour maîtriser d’abord et pacifier ensuite les tribus un peu trop remuantes.

La Tribune de Madagascar trouve que le feu est une façon d’administrer aussi difficilement admissible aux colonies qu’en France ! Aussi, conjure-t-elle l’administration de conserver soigneusement les archives qui lui restent encore et de les mettre à jour.

Nous sommes moins respectueux que notre confrère vis-à-vis de ces vieilles paperasses. Pour une qui peut présenter quelque utilité, il y en a des milliers qui encombrent inutilement les cartons.

Les bois malgaches à Maurice

Dans une remarquable étude que notre confrère Croix et Patrie de Maurice consacre aux sleepers, il est fait mention des bois et de ceux qui les coupent.

Il y est indiqué particulièrement que les bois demandés par Maurice à Madagascar sont gercés, fendillés, et marqués pour une usure rapide ; ceux de Maurice sont au contraire sans reproche.

Est-ce la faute des bûcherons malgaches ? Non, nous dit encore notre confrère, puisque les excellents bûcherons mauriciens sont des créoles issus de… Malgaches ou des Malgaches venus directement de la Grande Île. Et ces bûcherons seraient encore plus experts s’ils ne buvaient pas le samedi et le dimanche ce qu’ils ont gagné pendant la semaine.

Le Courrier colonial

Mort au champ d’honneur

Mondain (René), aspirant au 11e de ligne. – Tué à Verdun, dans la tranchée de première ligne, le 2 ou le 3 juin 1918, à l’âge de 20 ans.

M.Mondain (René) était de fils de M. G. Mondain, président de la Mission protestante française de Madagascar.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.