Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Gare routière : les marchands réclament le site d’Andohatapenaka

Gare routière  : les marchands réclament le site d’Andohatapenaka

Les perturbations socio-économiques, résultant du transfert de la gare routière du Fasan’ny Karana vers Andohatapenaka, reviennent à la surface. Les marchands non recasés ont saisi le pouvoir central pour réclamer justice.

Laissés pour compte suite au transfert de la gare routière sur le site d’Andohatapenaka, les marchands ayant opéré sur le site abandonné comptent faire valoir leurs droits à l’emploi. Ils dénoncent, de ce fait, un népotisme avéré sur fond de magouilles, dans l’attribution des stands de vente sur ces lieux, puisque les responsables les ont écartés en faveur de certains privilégiés. La situation leur porte de graves préjudices, selon leur représentant qui a rappelé que la majorité de ces marchands ont énormément investi sur le site du Fasan’ny Karana, en contractant des prêts bancaires pour leur installation.

La réintégration en priorité

Prêts à défendre leurs droits, les marchands du Fasan’ ny Karana se sont donc regroupés officiellement au sein d’une association en «Comité de soutien mpiaro ny zo sy tombontsoa iombonan’ny mpivarotra Fasan’ny Karana Antananarivo» (CSMPIFA), depuis le mois de février dernier. Ils ont alors accusé les responsables de l’organisation du nouveau site d’avoir dévié les objectifs de ce projet présidentiel pour en provoquer des effets négatifs sur la vie de la population.

Par conséquent, le comité interpelle le pouvoir central de prendre les dispositifs nécessaires afin de rétablir la situation, en procédant à des investigations pour démasquer les pratiques corruptives dans l’attribution des marchés à la gare routière d’Andohatapenaka. Les marchands sollicitent la tenue d’un dialogue pour les réintégrer sur le site, a expliqué, hier, Ramesy Rado Harizaka Andriatsilihetry, membre du bureau du CSMPIFA.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.