Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : pour un bidon de cinq litres

Le prix du carburant a encore augmenté. Et ce n’est pas fini. Ce n’est pas la rumeur qui le suggère mais la voix officielle qui l’affirme. Si cela ne fait pas que des heureux, ce sont les vendeurs de bidons de cinq litres qui vont être contents. Parce que le bidon de cinq litres sera la star de l’année et surtout le plus fidèle compagnon des automobilistes. Le bidon de cinq litres n’est pas une nouveauté, il est connu de tous les chauffeurs de taxi depuis depuis… quand il était un bidon d’appoint

à n’utiliser qu’en cas de panne imprévue, une sorte de roue de secours du réservoir. Mais on ne fait plus le plein depuis longtemps et aujourd’hui, l’appoint est devenu la norme.

Le bidon de cinq litres sera donc la star de l’année 2018, éclipsant son rival et néanmoins associé le billet de vingt mille ariary. A ses débuts, ce billet faisait peur, on se demandait quand on pourrait l’utiliser dans la vraie vie, celle des vrais gens. Cette crainte est dépassée, elle a été engloutie par le réalisme qu’on apprend à pratiquer. On peut maintenant utiliser ce gros billet pour remplir son bidon de cinq litres. Englouti par la station-essence le billet, et n’attendez pas la monnaie, il n’y en aura pas !

La hausse des prix des carburants est inéluctable, on est prévenus. Une petite voix cynique me chuchote que les voitures resteront au garage et que les embouteillages qui font notre renommée se résorberont d’eux-mêmes… Mais le cynisme ne fait pas le progrès.

N’est-ce pas le moment de songer à un service de transports publics de qualité ? Hélas, les cyniques ne sont pas les seuls à faire la fine bouche. En règle générale, nous n’aimons pas trop frayer avec le commun des mortels… Or, conduire une voiture (tout le monde ne peut pas avoir la sienne) est un signe distinctif auquel on renonce difficilement. Pourtant, on le sait bien, les transports publics sont une des solutions majeures pour désengorger la capitale.

Un abonnement mensuel à vingt mille ariary pour deux trajets quotidiens, cinq jours par semaine dans un bus confortable ? Je lâche mon bidon de cinq litres.

Kemba Ranavela

 

Les commentaires sont fermées.