Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Sava : Sambava plongé dans le noir

Sava  : Sambava plongé dans le noir

Le délestage revient en force dans la commune urbaine de Sambava. L’insolvabilité de la Jirama serait à l’origine du dysfonctionnement, selon nos sources locales.

Sambava, le chef-lieu de la région Sava, est de nouveau privé d’énergie électrique depuis quelques jours. L’entreprise privée, chargée de la fourniture en courant électrique de la société nationale, a décidé de suspendre son approvisionnement, suite au non-paiement d’une fraction de ses arriérés, estimés à des milliards d’ariary, pour faire pression.

On a en effet appris, de sources officieuses, que le fournisseur a exigé le paiement de 2 milliards d’ariary de ses factures en souffrance mais la Jirama n’a pu s’exécuter dans le délai imparti. Le responsable du sous-groupement de la Jirama de Sambava s’efforce actuellement de calmer les esprits, en annonçant des solutions adéquates, dans les jours qui viennent, au grand dam de la population locale, habituée des promesses non tenues formulées par les différentes hiérarchies sous le régime actuel.

Les bons comptes

Ce problème d’alimentation en énergie électrique des réseaux de la Jirama risque de s’étendre dans plusieurs districts des régions d’Analanjirofo et d’Atsinanana, en plus de ceux de Sava qui dépendent du même fournisseur. «Cette décision de suspension de l’approvisionnement d’électricité, ralentissant significativement les activités socio-économique de la zone, porte un coup fatal au développement régional», dénonce la population. A noter que le nouveau Premier ministre a inauguré ses tournées officielles à Sambava.

Le fournisseur impayé, qui est en même temps un parlementaire du régime, doit toutefois faire preuve de patriotisme et faire des concessions, pour accorder un réechelonnement des paiements de ses dettes à la Jirama qui ne peut s’en acquitter avant le mois d’août, selon des indiscrétions.

Manou

Les commentaires sont fermées.