Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Obsèques émouvantes de Rojo Nantenaina : adieu «méssié»

Obsèques émouvantes de Rojo Nantenaina : adieu «méssié»

Un silence lourd régnait à la sortie du cercueil de Rojo Nantenaina  de sa maison d’enfance à Vinaninkarena (Antsirabe), hier, vers 7h 30. Le froid glacial de la Ville d’Eaux, en cette saison hivernale, n’a pas empêché les voisins, amis, anciens camarades de classe et professeurs de l’Ecole supérieure spécialisée de Vakinankaratra, ainsi que des journalistes et ses collègues de travail au sein de Les Nouvelles, de rendre un dernier hommage à ce jeune journaliste, fauché subitement par la mort à l’âge de 27 ans, lundi dernier, dans la capitale.

C’est avec le cœur gros et beaucoup d’émotion que tout le monde a accompagné par la suite le cortège funèbre à la FLM Vinaninkarena. Le glas a sonné et retenti même aux alentours. Encore plus de monde tenait à le saluer pour une dernière fois à l’église et de faire communion avec ses parents, sa femme, Hantsa Rakotomanana, journaliste de la TVM, et son petit garçon âgé de 6 ans, Tsiaro Joan Andriatsarahoby.

Tianat Andriamampandry a prononcé l’homélie suivant l’extrait du livre de l’Apocalypse 14.13, “… Sambatra ny maty, dia izay maty ao amin’ny Tompo hatramin’izao, eny, hoy ny Fanahy, fa hitsahatra amin’izay nisasarany izy…” (Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs oeuvres les suivent). En s’adressant particulièrement à la famille, le pasteur a prêché  la miséricorde infinie de Dieu, la paix et le repos éternel par le biais de la mort. C’était une cérémonie religieuse chargée de vive émotion.

Lorsque le cercueil de Rojo N, porté par ses amis et proches se dirigeait vers la sortie de l’église, les émotions étaient insoutenables dans un silence de cathédrale. Le «Méssié», comme ses collègues de Les Nouvelles adoraient l’appeler, est parti trop vite, laissant dans le cœur de chacun de mémorables et indélébiles souvenirs. Son corps a été inhumé dans le caveau familial à Ambohiperivaona,  Ilaka Centre, hier. Adieu «Méssié».

La Rédaction

Les commentaires sont fermées.