Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Analamanga : le Sempama s’impose

Analamanga  : le Sempama s’impose

Des employés majoritaires au sein du ministère de l’Education nationale interviennent pour préserver leurs droits. La confédération syndicale «Sempama» s’est déclarée contre l’attribution de ce ministère aux politiciens et se prépare à lutter pour la concrétisation de sa revendication.

Les membres du bureau national de la confédération syndicale «Sempama» ont dévoilé leur carte à l’avance face à la situation politique actuelle. Ils ont lancé un avertissement, déconseillant aux décideurs  toute nomination sur profils politiques à la tête de leur ministère, pour la bonne marche de l’administration, selon la sécrétaire générale du Sempama, Bodo Ranahaka, au cours d’un point de presse tenu dans la capitale. «Le poste doit revenir à un technicien du département qui regorge de postulants compétents, capables de revaloriser les ressources humaines du ministère par la prise en considération de leurs droits», a-t-elle ajouté pour confirmer les assertions de ses pairs.

Présentant un état des lieux de l’éducation, le président Claude Raharovoatra a révélé que la situation actuelle résulte de la gestion de ce ministère par des non-enseignants durant de longues années. Le niveau d’enseignement et de civisme des élèves en a pâti, selon ses dires. «La dégradation de l’éducation explique le classement mondial de Madagascar parmi les lanternes rouges en matière de pauvreté», a-t-il rappelé.

Les leaders du Sempama ont alors annoncé pouvoir changer le cours de l’histoire, par le biais de ses 57.000 cellules des 6 provinces, en refusant l’instrumentalisation politique de l’enseignement.

Manou

Les commentaires sont fermées.