Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Le pétrole (2)

(Suite et fin.)

Bien que très oxydés par le voisinage de la surface, ces huiles du premier niveau pétrolifère de Madagascar sont riches en produits lampants. En voici l’analyse, faite à Londres :

Eau : 1,20

Coke : 12,70

Gazoline : 14,00

Kérosène : 25,80

Huile de graissage : 40,50

Paraffine : 1,90

Gaz et pertes : 3,90

Total : 100,00

Puisqu’il existe à Madagascar des sources de pétrole, c’est le moment ou jamais de les exploiter. Non seulement la caisse se vend actuellement 45 francs, mais comme le pétrole devient de plus en plus rare, on n’en cède, nous assure-t-on, qu’en échange de produits du pays.

Les fêtes de la Journée de l’Armée d’Afrique et des Troupes coloniales

Ce n’est jamais en vain que l’on fait appel à la générosité des Tamataviens lorsqu’il s’agit d’une œuvre patriotique. Aussi, malgré la cherté de la vie actuelle et le marasme des affaires, la fête de la Journée d’Afrique et des Troupes coloniales a eu un résultat des plus satisfaisants. La recette a été très fructueuse, ayant atteint la somme de 3 500 francs.

En présence de ce résultat inespéré, qu’il nous soit permis de féliciter et de remercier tous ceux qui, animés des plus nobles sentiments patriotiques, ont pris à cette œuvre une part plus ou moins active.

Nos chers combattants verront par là combien on a à cœur de leur venir en aide et combien on pense à eux dans les colonies les plus éloignées de la Mère Patrie.

Faits divers

Dernièrement, à l’hôtel Lascagne, un prospecteur, M. X., fut victime d’un vol peu ordinaire.

Le voleur, après avoir ouvert la malle (dérangé sans doute), n’enleva qu’une serviette en cuir contenant des papiers divers, un livret militaire et une paire de chaussures presque neuve.

Mais, pris de remords ou ne trouvant pas les objets volés à son goût, il alla les jeter dans un parc à bœufs en dehors de la ville, où ils ont été retrouvés et remis à leur propriétaire.

Un autre vol au préjudice d’un colon de la vallée de l’Ivondro a été commis le mois dernier.

Des marchandises diverses telles que : sel, toiles, etc., d’une valeur de 800 francs ont été dérobées.

Mais, jusqu’à ce jour, rien n’a été retrouvé.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.