Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Judo international : fruits et Nature au tournoi des 5 continents

Judo international   : fruits et Nature au tournoi des 5 continents

Le club Fruits et Nature de Toamasina fait partie des participants à la 5e édition du grand tournoi des 5 continents, du 1 au 3 juin à Fronton en France. L’occasion pour le président de la ligue Atsinanana, Jean-Loup Bardy, d’évoquer la situation de la discipline dans cette partie est de la Grande île. Interview !

* Les Nouvelles (-) : Pourriez-vous donner de plus amples informations sur la participation du club Fruits et Nature au tournoi des 5 continents?

– Jean-Loup Bardy  : Toamasina est fortement représentée au tournoi des 5 continents. La délégation est conduite par Emmanuelle Prigent, directrice de la Petite bulle présidente, le premier établissement qui bénéficie de notre enseignement du judo. Pour nous, cette participation  se fera à titre d’essai. Outre le résultat, il y a aussi le  jeu et le plaisir de la découverte. Comme l’a souhaité le fondateur du judo, Jigoro Kano, il est essentiel de promouvoir  le judo comme sport éducatif, permettant l’essor d’une société harmonieuse,

Qu’en est-il des ressources financières nécessaires au déplacement  de la délégation ?

– Un judoka doit trouver 1500 euros pour un tournoi de ce type : 800 euros pour le billet, le voyage à Antananarivo pour le visa, le séjour en France. Tout en sachant que le coût mensuel moyen de la pratique du judo à Toamasina  est de 1500 euros, c’est-à-dire que 1500 licenciés de la ville portuaire paient chacun 1 euro à titre de cotisation. Déjà un grand merci à Galana, Jica, la société Tsaravintana et tous ces anonymes qui nous soutiennent matériellement et financièrement.

* Les établissements scolaires de la région ont également apporté leur contribution…

– Effectivement,  comme les lycées français de Toamasina, technique et Jacques Rabemanajara rassemblant au total 4000 élèves. A noter que le ministère reconnait depuis 10 ans le judo comme sport scolaire… Il reste à nous de retrousser les manches et institutionnaliser la chose…

* Comment se présente actuellement la situation globale du judo à Toamasina ?

– Nous essayons malgré toutes les difficultés de trouver un modèle économique qui permettra de mettre en place un système où l’égalité des chances peut être une règle dans le domaine sportif en général et en judo en particulier.

* Pouvez-vous être plus explicite sur ce modèle économique ?

– Comme chacun le sait, le talent n’est pas une affaire d’argent. Le talent peut se découvrir dans les familles riches tout comme dans les familles nécessiteuses. Nous avons prouvé que Toamasina est bourrée de talents (Champions de Madagascar, champions des Jeux des îles, champions aux Jeux de la CJSOI…).  Et, il est important que les jeunes issus des quartiers difficiles, comme Morarano, puissent accéder à des infrastructures et des équipements appropriés. Cela passe par la mise en place d’un règlement spécifique à notre organisation, règlement permettant d’avoir des indicateurs objectifs pour que réellement les meilleurs de Toamasina représentent Toamasina. En effet, hors de nos frontières, l’enjeu n’est plus régional, Toamasina représente la nation malgache.

* Quelles sont vos ambitions

– Notre ambition maintenant est de vulgariser chaque quartier, dans chaque arrondissement, dans chaque commune et dans chaque district le judo. Avec 250 licenciés, près de 16 clubs, 5 dojos, on peut dire que le judo de Toamasina commence à avoir un ancrage. A ce niveau, nous invitons déjà les chefs de quartiers (138 à Toamasina), les 200 écoles de la ville à s’inscrire et former les équipes de 2019. En juillet, avec nos partenaires de La Réunion, nous mettrons en place un système de financement. L’enjeu est éducatif….

Recueillis par Naisa

 

Les commentaires sont fermées.