Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Production de phytomedicament : le Cnarp innove

Production de phytomedicament  : le Cnarp innove

Des avancées particulières ont été enregistrées dans la recherche pharmaceutique. Le Centre national d’application de recherche pharmaceutique (Cnarp) compte investir dans de nouvelles recherches en phytomédicament durant les 40 ans à venir.

Une innovation sur les rails. Après 40 ans de pratique dans la recherche sur les plantes médicinales, le Cnarp se  fixe de nouveaux objectifs, en se tournant d’ores et déjà vers la fabrication de «phytomédicament». Pour réaliser cette mission, cette structure compte créer une coopération entre la science et les savoirs traditionnels, conformément au Protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation.

«Dans ce cadre, le Cnarp travaille en étroite collaboration avec l’association des tradipraticiens, détenteurs de savoirs traditionnels, pour la réalisation de ce projet qui constitue un tournant important de sa mission», d’après les propos du Directeur général de la recherche scientifique au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), Claudine Ramiarison. Quelques résultats des récents travaux des chercheurs y afférents ont été exposés lors de la cérémonie d’ouverture de la célébration du jubilé de 40 ans du Cnarp, qui s’est tenue la semaine dernière en présence du Pr. Marie Monique Rasoazananera, ministre de tutelle du Cnarp.

Ces  phytomédicaments  testés et dans les normes sont en attente d’autorisation de mise sur le marché. Une des conditions de la valorisation de la recherche  pour le développement dans ce domaine, plus particulièrement à Madagascar, d’après le numéro un du Mesupres.

Herbier de référence

Selon le DG de la recherche scientifique, «plusieurs médicaments ont été mis au point par ce Centre de recherche. Le plus connu étant le Fanaferol, un cicatrisant de plaie non surinfectée issu d’extrait de la plante «ilexmitis L», tel que les brûlures, plaie traumatique, escarre, ulcère cutané. Eugenial, Mahatony, Hevokina, font également partie des produits des laboratoires du Cnarp».

Depuis 40 ans, un important travail a été réalisé au niveau national pour l’inventaire des plantes médicinales à Madagascar, faisant suite à la pharmacopée de l’Alaotra et à celle de l’Ambongo. Le Cnarp a un herbier de référence, très important pour les recherches pharmaceutiques, avec 15.246 spécimens répartis en 4.236 espèces, 1.326 genres et 233 familles. Cependant, beaucoup reste encore à faire, vu l’immense biodiversité de Madagascar.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.