Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

La crise du graphite

Le ministre des Colonies vient d’interdire tout embarquement de graphite à destination de la Métropole.

Les stocks à Madagascar et en France sont, paraît-il, très importants et peuvent suffire aux besoins d’une année. On ne peut donc prétexter les besoins de la Défense nationale et cependant l’exportation du graphite aux États-Unis n’est pas encore autorisée !…

On se demande, non sans une certaine anxiété, quelle est la puissante néfaste influence qui met obstacle à une mesure dont l’urgence s’impose. Ceci, au risque de mécontenter nos alliés américains et de ruiner la plus importante des industries malgaches, principale ressource du pays.

Nous avons tout lieu de croire qu’il se passe des tractations louches et nous sommes bien décidés à éclaircir une situation qui devient intolérable.

Comment expliquer, en effet, que, avant que l’importation du graphite aux États-Unis ne soit restreinte, la quantité de graphite déclarée nécessaire aux besoins de la France ait été fixée à 2 000 tonnes par an et que, par une coïncidence étrange, aussitôt que les restrictions américaines furent annoncées, on ait trouvé qu’on n’avait plus besoin de graphite du tout en France ?

Cela est bien peu clair et il serait à désirer que les autorités compétentes projetassent un peu de lumière sur cet imbroglio.

Si cette lumière nous était refusée, il y aurait lieu de croire que quelques caïmans influents ont intérêt à la maintenir sous le boisseau.

Mais alors, nos gouvernants sont-ils à la solde des dits caïmans ?

Le riz

De différents centres producteurs de riz, on nous fait connaître que la prochaine récolte s’annonce belle et abondante. On estime que le riz va reprendre son cours normal, et qu’on pourra se le procurer à 0,20 le kilo.

Nous en acceptons l’augure.

Encore le riz

On disait que les derniers chargements de riz envoyés par le Gouvernement de la Colonie à la Réunion n’avaient pas été demandés par cette dernière.

Renseignements pris, ce riz n’a été cédé qu’en échange d’essence dont la colonie de Madagascar avait absolument besoin.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.