Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Médiation du FFKM : les 73 députés posent leur condition

Médiation du FFKM  : les 73 députés posent leur condition

Les députés pour le changement ainsi que les élus pro-régime ont rencontré les chefs d’Eglise au sein du FFKM hier. Le statu quo persiste.

Les pourparlers n’ont encore rien changé. Hier, des ténors des députés pour le changement et des élus pro-régime ont rencontré séparément les chefs d’Eglise au sein du Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes de Madagascar (FFKM) à Ambohimanoro. Selon les explications du député Hanitra Razafimanantsoa, les élus sont prêts à entamer la médiation, mais «Comme condition préalable, nous avons demandé la démission de Hery Rajaonarimampianiana, du gouvernement, du président de l’assemblée nationale et celui du Sénat». Et d’ajouter, «Nous voulons une élection libre et transparente avec des résultats acceptés par tous». Sans quoi, rien ne peut se faire en matière de médiation.

Les députés pour le changement entendent ainsi renforcer encore plus leur lutte en dépit de cette médiation. La lutte continue et d’après eux, le contexte actuel consolide davantage leur engagement solidaire. «Il faut que les dirigeants se réconcilient d’abord avec les Malgaches», a d’ailleurs indiqué l’élu du 1er arrondissement. «Nous avons déjà alerté le régime depuis des années sur son incompétence à travers notamment la violation répétée de la Constitution», a-t-elle poursuivi en rappelant la mise en accusation pour déchéance du Chef de l’Etat en 2016.

En attente

Une  initiative qui s’est soldée par la sortie d’une décision sur  le «Pacte de responsabilité»  par la Haute cour constitutionnelle (HCC). Sauf que celle-ci n’a jamais été appliquée. A ce titre, il faut signaler que les députés pour le changement ont déposé le 24 avril dernier, à travers Me Hanitra Razafimanantsoa et autres, une nouvelle requête aux fins de déchéance du Président de la République. Le dossier est encore en attente d’examen auprès de la HCC actuellement.

Hier, en tout cas, les élus de l’opposition ont réitéré qu’ils restent solidaire. «Nous ne prenons aucune décision en aparté. Tout est décidé au sein de la coalition. Chaque action se fait par accord de la majorité», a souligné Hanitra Razafimanantsoa. D’ailleurs, comme depuis le début de la manifestation sur le parvis de l’Hôtel de ville, les députés sont allés à l’encontre des fonctionnaires au sein de quelques ministères et institutions. Le ministère de l’Education nationale (Men) figure parmi les départements qui ont rejoint le mouvement. Les étudiants du département de l’économie ont également répondu présent au mouvement.

Rakoto

 

 

Les commentaires sont fermées.