Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Bodybuilding : le meilleur reste à venir

Bodybuilding  : le meilleur reste à venir

Le bodybuilding a le vent en poupe. Bien que les meilleurs bodybuilders malgaches évoluent sous différentes obédiences, ils font le bonheur de Madagascar grâce à leur performance, tant sur le plan national qu’international.

On attendra parler du bodybuilding malgache tout au long de cette saison ainsi que lors de la saison prochaine, au vu du calendrier qui attend les bodybuilders malgaches. Pour la Commission malgache du bodybuilding, affiliée à la World Bodybuilding & Physique Federation (WBPF), le Championnat du monde est désormais un rendez-vous annuel immanquable. Après une première sortie satisfaisante l’année dernière, Madagascar sera une fois de plus de la partie, cette année, en Thaïlande, du 11 au 17 décembre.

Sur le plan régional, les bodybuilders méritants mettront le cap sur La Réunion, le mois d’octobre, pour participer au Cup of Titans.

Dans l’autre monde de la discipline, à savoir le bodybuilding naturel, les férus suivent de très près l’évolution de Mickael Fitiavana. Vainqueur du Musclemania Classic d’Europe dans la catégorie junior, l’an passé, pour ses premiers pas sur la scène internationale, le jeune champion a obtenu le droit de disputer, vers la fin de cette année, le Musclemania Universe, la deuxième plus grande compétition après Musclemania World.

Classic physique

Du côté de l’International federation of bodybuilding et fitness (IFBB), Jean Claude Andrianomentsoa, alias Jean Andriano, tentera de se faire une place au soleil, grâce à la mise en place d’une nouvelle catégorie qu’est le Classic Physique.

A partir de la saison prochaine, ce bodybuilder malgache résidant en France délaissera le bodybuilding en slip pour celui en boxer.

«La différence est que le Classic physique met en avant le proportionnalité entre le poids et la taille. Les athlètes ont un paramètre à respecter au risque d’être disqualifiés. Ainsi, pour moi qui mesure 170 cm, le poids exigé est sous les 80 kg», a-t-il expliqué.

Naisa

 

Les commentaires sont fermées.