Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Antsiranana : la surveillance de la biodiversité marine renforcée

Antsiranana  : la surveillance de la biodiversité marine renforcée

Les habitats marins dans la partie Nord de Madagascar font l’objet d’un inventaire en vue d’optimiser leur protection et par ricochet la conservation de la biodiversité marine sur les lieux. Mise en œuvre par l’ONG Conservation, cette initiative centrée sur la communauté (C3) Madagascar et financée par Critical écosystem partnership fund (CEPF) entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet intitulé «Combler les lacunes dans les connaissances pour la conservation locale des espèces phares marines» dans trois zones clés pour la biodiversité dans la partie Nord de Madagascar».

Dans cette optique, une opération de cartographie des herbiers marins ou phanérogames marines dans deux villages d’Ambodivahibe dans la partie Est d’Antsiranana a été effectuée au mois d’avril dernier. Les sites observés se situent respectivement à Ambolamena, Nosy Mirahavavy, Antongoanaomby ainsi qu’à Ankirikiriky pour les deux localités concernées, à savoir le village d’Ivovona, dans la commune rurale de Ramena, et d’Ambavarano, commune rurale de Mahavanona.

Les acteurs de terrain ont bénéficié d’une formation au préalable avant de mener cette mission, notamment sur la méthode «Seagrass Watch» pour reconnaître les espèces d’herbiers marins en général et l’identification de chaque espèce, le mode d’utilisation de Global position système (GPS) et surtout la méthode de cartographie «Seagrass Watch».

D’après le Coordonateur de C3, Lalarisoa Rakotoarimino, «Les efforts de surveillance suivant la méthode Seagrass-Watch sont essentiels pour suivre les tendances mondiales dans la santé des herbiers, tout en évaluant les pressions humaines qui y pèsent».

Il est à noter que les herbiers constituent un habitat important et un terrain d’alimentation pour les organismes marins. Ils sont une source majeure de pâturage pour les espèces menacées comme le dugon ou vache marine, observé dans la zone côtière du nord de Madagascar, ou encore pour les tortues vertes (chelonyamydas), dont un adulte mange environ 2 kg d’herbiers marins  par jour, tandis qu’un dugon en consomme 28 à 40 kg par jour.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.