Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Suite à la décision de la HCC : démission de l’Exécutif, une logique imparable

Suite à la décision de la HCC  : démission de l’Exécutif, une logique imparable

La décision de la HCC concernant les textes électoraux n’aura rien changé à la requête de bon nombre d’acteurs politiques, à savoir la démission du chef de l’Etat et du gouvernement.

La décision de la HCC révèle une défaillance manifeste du régime. Sur ce point, les observateurs politiques sont unanimes. «Les lois ont tellement été bafouées qu’il faudra procéder à un grand nettoyage», a déclaré Laurent Ramaroson, membre du parti Malagasy miara-miainga (MMM), joint au téléphone hier. En effet, étant donné les réserves et les recommandations faites par cette haute juridiction, les acteurs politiques n’ont plus confiance à l’équipe dirigeante actuelle pour mener à terme un processus électoral apaisé.

 Et pour cause, ces temps-ci, des dysfonctionnements et des carences, accentués notamment par la corruption, gangrènent chaque institution. Pour dire que «Serait-on encore capable de respecter les lois en vigueur ?», s’est interrogé Laurent Ramaroson. Dans tous les cas, «Les textes devraient normalement être soumis de nouveau auprès des parlementaires  pour que ces derniers y apportent les modifications nécessaires», a-t-il indiqué.

Incompétence

 Des élus de l’opposition, tels que Hanitra Razafimanantsoa, issue du parti Tiako i Madagasikara (TIM), sont également de même avis . «C’est une première victoire et  la lutte continue. La HCC a démontré que nous avons raison. Le gouvernement doit démissionner», a-t-elle fait savoir, hier. Tout comme son partenaire de lutte, Guy Rivo Randrianarisoa, qui estime que la décision de la HCC ne fait que conforter la requête des députés. «Il est temps pour le gouvernement de partir», a-t-il plaidé.

Réagissant à travers les réseaux sociaux, Ernaivo Fanirisoa, du Syndicat des magistrats de Madagascar partage aussi cette idée. Elle indique que le gouvernement doit rendre son tablier. «Le gouvernement qui a soutenu ces projets de loi électorale doit démissionner ou être limogé pour faute grave d’incompétence», a-t-elle plaidé.

La réaction de ces personnalités trouve sa légitimité sur le fait que les juges constitutionnels ont débouté toutes les dispositions capitales pour le régime, mais pointées du doigt par les députés de l’opposition. A rappeler que l’Exécutif a défendu bec et ongles le caractère inclusif et consensuel de ces textes. Le premier ministre avait même fait savoir que l’adoption de la loi électorale est une victoire de la démocratie.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.