Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Mesures à prendre pour ramener le cours du riz à un taux normal (6)

(Suite.)

Les mesures à prendre peuvent être de divers ordres. Au premier rang se place l’action personnelle des chefs de province et des chefs de district, qui devront s’efforcer de faire comprendre à la population qu’elle est la première victime de son désir de lucre, qui la pousse à conserver des quantités très supérieures aux besoins de la consommation familiale, augmentée des semences nécessaires pour la prochaine campagne agricole. Vous devrez vous attacher à faire entendre aux indigènes que le prix de tout ce qui est nécessaire à leur existence étant influencé par le cours du riz, ils perdent souvent, sans s’en rendre compte, beaucoup plus que ce que leur rapporte le prix avantageux qu’ils retirent de leur récolte. Vous aurez enfin à les mettre en garde contre les accapareurs et contre tous les intermédiaires indigènes, et, partout où il existe des usines, à les inciter à vendre directement leur riz aux industriels.

Si cette action ne donnait pas les résultats attendus, il faudrait évidemment recourir à des mesures d’un ordre plus radical. Je crois utile de vous rappeler celles qu’aux termes des règlements en vigueur, l’administration a le droit de prendre. Mais je tiens cependant à bien préciser que je suis en principe ennemi de toutes les dispositions qui ont pour but et pour effet de contrarier le jeu normal des lois économiques. En conséquence, vous ne devrez me proposer d’intervenir administrativement qu’après vous être assuré, par une étude personnelle, que les circonstances l’exigent dans l’intérêt général, et vos avis à ce sujet devront toujours être fortement motivés. J’ajoute que je n’envisagerai jamais ces dispositions que comme essentiellement provisoires, et que vous devrez me proposer de les rapporter dès qu’elles ne seront plus strictement nécessaires.

Les mesures qui peuvent être envisagées sont les suivantes :

1° La déclaration des stocks ;

2° L’obligation de ne vendre que sur les marchés en demi-gros et au détail, et, quand ce sera nécessaire, au détail seulement ;

3° La taxation ;

4° La réquisition ;

5° Les poursuites contre les accapareurs et contre les commerçants réalisant des bénéfices illicites.

 (À suivre.)

M. Merlin.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.