Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Hausse des frais des taxi-be : 700 ariary, effectifs à partir du 25 avril

Hausse des frais des taxi-be   : 700 ariary, effectifs  à partir du 25 avril

Les transporteurs ont mis leur menace à exécution. Le nouveau tarif d’un trajet en taxi-be sera révisé à 700 ariary. Un délai de deux semaines est accordé aux usagers pour qu’ils puissent se préparer le moment venu.

C’est confirmé. Après une rencontre entre les quatre coopératives (UCTU, UCTS, UCTS FA et FMA) desservant les zones urbaines et suburbaines de la capitale, se sont convenus à réviser le tarif du ticket de taxi-be à 700 ariary, hier à Ambodivona.

Une telle décision, approuvée par le représentant des défenseurs du droit des consommateurs, rentrera en vigueur d’ici 15 jours, délai imposé par la législation en vigueur avant de procéder à une augmentation des tarifs de transport, soit à partir du 25 avril prochain. Une décision qui n’a pas été une surprise suite à la récente hausse des prix à la pompe, mais elle ne manque pas de porter un coup dur à la population.

«Avec le frais à 700 ariary, nous n’arrivons même pas à combler nos pertes qui se chiffrent à 2.720 ariary par véhicule compte-tenu des coûts d’exploitation. Mais pour le moment, on n’a pas pu aller au-delà de ce montant  vu le pouvoir d’achat de la population», a fait remarquer le président de l’UCTU, Lova Randrianantoandro. Puis  d’ajouter qu’outre cette disposition, ils réclament toujours les arriérés de subvention de 8 mois impayés depuis novembre 2016 et les six mois de l’année 2017. Un doit acquis, selon ces coopératives.

45% de charges fixes

La reprise des subventions aux transporteurs annoncée avant-hier par l’Etat n’a eu aucun impact sur la décision prise par les coopératives. Pour pouvoir maintenir le coût de transport à son niveau actuel (400 ariary), ils réclament des subventions qui correspondent à 45% de leurs charges fixes journalières.

Les opérateurs dans le transport en commun réclament dans ce sens la tenue d’une table ronde pour analyser ensemble la question relative à la compensation  2018, pour que la décision y afférente soit consensuelle. Sur ce, le président de l’UCTS, Dera Androanalisoa, de souligner que les transporteurs étaient toujours ouverts au dialogue, mais les actions tangibles menées par le gouvernement tardent à se concrétiser.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.