Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Produits touristiques : le potentiel en pierres précieuses sera mis en avant

Produits touristiques  : le potentiel en pierres précieuses sera mis en avant

Les pierres précieuses et pierres fines de Madagascar seront valorisées en produits touristiques. Le projet est en cours de mise en œuvre.

Les pierres précieuses et pierres fines de Madagascar sont des produits qui présentent un fort potentiel touristique.  Il s’agit d’un réel avantage concurrentiel sur le marché mondial du tourisme. Elles font partie des souvenirs prisés par les touristes en voyage dans la Grande île.

Le ministère du Tourisme compte dans ce sens inscrire l’Institut de gemmologie de Madagascar (IGM) au programme des circuits touristiques proposés par les tours opérateurs. A ce sujet, une délégation du ministère, de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM)  et des groupements d’opérateurs dans le secteur a effectué une visite des infrastructures de l’IGM, vendredi dernier.

Promouvoir la filière gemme et le tourisme

L’objectif est de promouvoir la filière gemme de Madagascar à travers le tourisme et vice  versa. «L’IGM a déjà sa notoriété internationale en matière de formation et à travers son laboratoire. L’intégration de l’IGM dans le circuit touristique permettra de promouvoir la vente des gemmes taillées et par la même occasion, de certifier la qualité des gemmes achetées par les touristes, en évitant de se faire arnaquer», a fait savoir Andrianirina Rasolonjatovo, directeur de l’IGM.

Celui-ci de poursuivre que «comme résultat escompté, on espère que le nombre des touristes à destination de Madagascar, ainsi que les revenus générés par la filière gemme dans le circuit formel vont augmenter».

Une grande partie des pierres précieuses de Madagascar est extraite et vendue dans la clandestinité. La formalisation de cette filière qui représente pourtant une grande potentialité reste un travail de longue haleine pour les autorités concernées. Et même les touristes en voyage à Madagascar achètent des produits vendus dans la clandestinité. «Madagascar produit par exemple 40% du saphir sur le marché international. Malheureusement, le pays ne bénéficie par des retombées de ce fort potentiel car la majeure partie des pierres est commercialisée dans le circuit informel», a fait savoir le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du pétrole, Ying Vah Zafilahy.  

Riana R.

Les commentaires sont fermées.