Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Attentat a la grenade : le siège du HVM ciblé

Attentat a la grenade  : le siège du HVM ciblé

Dans la soirée de samedi dernier, le siège du  parti Hery Vaovaon’i Madagasikara (HVM) à Antanimena a été la cible d’un attentat à la grenade. Aucune victime n’est à déplorer. Une autre preuve de l’escalade de la violence au pays.

Grosse frayeur pour les riverains d’Antanimena. Aux environs de 21h, une forte explosion a retenti à proximité de l’endroit où un ressortissant indien a été kidnappé. Après recoupement, il s’est avéré que c’est le siège du parti HVM qui a été la cible d’un jet de grenade. « Un véhicule est passé et un des occupants a lancé l’engin explosif », a expliqué laconiquement un membre de la sécurité de ce bâtiment. La grenade a atterri devant la barrière de sécurité avant d’exploser.

Selon les agents de sécurité, aucune victime n’est à déplorer.

Des coupables tout trouvés ?

Il y a à peine quelques jours, secteur privé comme organisations de la société civile ont bruyamment manifesté contre l’insécurité et les actes de violence perpétrés un peu partout dans le pays. Une manifestation qui a été tout bonnement minimisée par les tenants du régime. L’on ne sait comment ces derniers vont réagir maintenant que le quartier général du parti au pouvoir a été victime de ce qui s’apparente a priori d’un attentat à la grenade. Cela dit, les éléments des forces de l’ordre vont ouvrir une enquête afin de faire la lumière sur cette affaire.

Une chose est sûre en tous les cas : les réactions ne vont certainement pas tarder dans les prochains jours de la part des partisans du régime, notamment pour pointer du doigt les détracteurs du régime, les bouc-émissaires tout trouvés à chaque trouble au pays. En effet, il est fort à parier que tout cela va une fois de plus retomber sur les opposants qui ne disposent déjà que de très peu de marge de manœuvre en termes de liberté de manifestation. Autrement dit, les observateurs craignent qu’à la suite de cet “attentat”, la liberté d’expression et de manifestations ne soit encore davantage réduite par les mesures que pourraient prendre les autorités.

Conjoncture politique trouble

Quoiqu’il en soit, beaucoup estiment également que, mis en rapport avec le contexte politique ambiant, cette attaque est loin d’être fortuite. Principalement lorsqu’on se souviendra que les projets de textes électoraux controversés ont provoqué des débats houleux au sein de l’Assemblée nationale et devrait une fois de plus y repasser incessamment pour nouvel examen.

D’autres vont encore plus loin et avancent d’ores et déjà que les évènements survenus samedi ne constituent qu’une manière de détourner l’attention de l’opinion publique face au bras-de-fer politique qui actuellement le régime en place et ses opposants.

A qui profite donc le crime ? Nul ne le sait encore au stade actuel des choses. Mais en attendant les résultats de l’enquête, d’aucuns estiment que les dirigeants doivent rapidement remédier à leurs défaillances en matière de protection de la sécurité des personnes et des biens.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.