Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Antananarivo : le zéro risque d’inondation, impossible

Antananarivo  : le zéro risque d’inondation, impossible

Les zones basses d’Antananarivo sont exposées chaque année à l’inondation, en raison de la non maîtrise des eaux et la surpopulation de la capitale. Avec l’appui de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne (UE), des travaux de curage de canaux ont été lancés dans quelques quartiers, pour apporter une amélioration à la situation actuelle.

«Le  zéro risque d’inondation est impossible à Antananarivo, car  la ville basse de la capitale est construite sur une plaine inondable», ont expliqué les responsables auprès de l’AFD, à l’occasion d’une descente effectuée à Ampefiloha, hier.

Les risques d’inondation ne peuvent être éliminés définitivement, selon les constats apportés car le système d’assainissement à Antananarivo a été dimensionné à une époque où la ville abritait près de deux cent cinquante mille habitants. Alors qu’aujourd’hui, on enregistre pas moins de trois millions d’habitants dans la capitale si on compte ceux dans les agglomérations.  Bertrand Facini a également expliqué dans ce sens : «On aura beau faire tous les investissements, le risque zéro d’inondation ne sera jamais atteint. Ce que l’on peut faire, c’est d’améliorer la situation. C’est-à-dire, faire en sorte que l’inondation arrive moins souvent ou seulement durant les phénomènes exceptionnels et pas tous les ans, comme aujourd’hui».

De ce fait, le rétablissement du système hydraulique dans ces zones basses de la capitale vise surtout à rétablir l’évacuation des eaux plus rapidement, pour que les  habitants dans les bas quartiers n’aient plus les pieds dans des eaux usées, pendant plus d’une semaine, une fois qu’une forte pluie tombe.

Curage et réhabilitation

Les travaux de curage des canaux aux 67 Ha, Isotry, Ambodin’Isotry, Anatihazo et Ampefiloha entrent dans le cadre du Programme intégré d’assainissement d’Antananarivo (PIAA), financé par l’AFD et l’Union européenne à hauteur de 28 millions d’euros. «La première phase a déjà débuté, dont les travaux portent essentiellement sur le curage des canaux dans les bas quartiers d’Antananarivo et la réhabilitation de plusieurs stations de pompage, pour améliorer le système d’évacuation d’eau. La  première phase du programme PIAA est financée à hauteur de 12 millions d’euros », a fait savoir Bertrand Facini, directeur adjoint de l’AFD.

D’autres travaux prévus

En outre, «L’identification de la deuxième phase du programme  est en cours actuellement et les travaux démarreront en 2019. La dernière phase du PIAA porte sur l’établissement du schéma directeur de l’assainissement d’Antananarivo, pour voir sur le long terme comment trouver des solutions pour le problème d’inondation et d’écoulement des eaux qui frappent les bas quartiers d’Antananarivo tous les ans», a conclu le directeur adjoint de l’AFD.

Riana R.

 

Une réponse à "Antananarivo : le zéro risque d’inondation, impossible"

  1. Hanta  15/03/2018 à 09:56

    les investisseurs ont raison. Il n’y aura jamais de zéro inondation tant que la mentalité de la population ne change pas. A chaque saison de pluie, il y a toujours crue d’eau à cause de beaucoup de faute d’inattention comme le jet d’ordures dans les canaux d’évacuation pendant l’hiver effectué par les riverains. Et après, ils se plaignent en accusant l’Etat pourtant ce sont eux qui font l’action de jeter leur ordures. Ah la la, bien sur qu’il y a la croissance de la population , mais, si cette population est bien éduquée alors il n’y aura de crainte ni de maladies chronique ni d’inondation. Beaucoup reste à faire les responsables.

Les commentaires sont fermées.