Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Projet de réaménagement : grogne des marchands de la Petite vitesse

Projet de réaménagement : grogne des marchands de la Petite vitesse

Nouveau bras-de-fer entre la commune urbaine d’Antananarivo et les occupants du marché de la Petite vitesse, suite à un projet de réaménagement qui leur paraît flou. Les marchands exigent un dialogue avec les décideurs pour discuter de la situation.

Branle-bas au marché de la Petite vitesse de Tsaralalàna depuis hier. Les occupants de ce marché communal s’opposent à la décision communale ordonnant l’évacuation des lieux où devra s’installer un partenaire privé de la CUA, selon les explications fournies sur place, hier. Les commerçants ont déployé des banderoles pour faire entendre leurs revendications. Les manœuvres de la commune pour rallier les délégués et présidents de ce marché à leur cause ont d’ailleurs poussé les victimes à se prendre en main, d’après leur porte-parole qui a annoncé qu’ils ne reculeront jamais pour protéger leurs intérêts mis en jeu dans ce projet.

Les petits budgets écartés

Les marchands de la Petite vitesse ont annoncé, hier, à l’issue d’une assemblée générale que la commune cherche à les ruiner en leur faisant engager des dépenses faramineuses pour les déplacer par la suite. Ils ont rappelé en fait que plusieurs marchands ont contracté des emprunts pour construire des stands de vente depuis quelques années sur ordre de la commune. Sans prendre en compte les délais d’amortissement de leurs investissements, la même institution tente de les en déloger, actuellement, pour servir les intérêts de quelques gros investisseurs privés qualifiés de partenaires.

Une rencontre avec le maire est exigée par les manifestants pour discuter de la suite des évènements concernant plus d’un millier de marchands en ces lieux. Ils vont proposer à la commune de placer le nouveau venu sur les lieux destinés à leur recasement. Le projet de construction de nouveaux pavillons, que la commune prévoit de mettre à leur disposition, est aussi rejeté par les marchands, à cause du prix exorbitant de ces infrastructures. Les manifestations se poursuivront si la CUA persiste dans sa décision, ont annoncé, hier, les occupants du marché de la Petite vitesse.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.