Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Secteur primaire : une croissance faible et lente

Secteur primaire : une croissance faible et lente

Le secteur primaire dans son ensemble affiche un faible taux de croissance, voire parfois négatif. Malgré tout, l’agriculture demeure un petit filet de sécurité pour la grande majorité de la population.

Sous cet angle, il semble aujourd’hui difficile pour ce secteur de maintenir ce cap qui a enregistré une croissance de 3,3% en 2014, -0,9 en 2015 et 1,7% en 2016 selon les statistiques de l’Institut national des statistiques dans le dernier Tableau de bord économique (Instat : TBE n°29). En effet, la reprise semble lente étant donné que le secteur a plongé avec une croissance négative de -6,1%.

Les prévisions de croissance pour chaque branche d’activité du secteur primaire (agriculture, élevage et pêche, sylviculture) pour l’année 2018 va au-delà des 3%. Selon la Loi de finances 2018, le secteur primaire apportera des contributions positives à la croissance avec un niveau de 3,2% contre -1,8% en 2017. Ce secteur gagnera ainsi 5,0 points de croissance.

L’agriculture, l’élevage et la pêche peinent à trouver un élan de croissance et ce malgré, les fonds injectés par le gouvernement. Pourtant, plus de 75% de la population active investit dans ces secteurs, notamment ceux vivant en milieu rural. D’ailleurs, la prédominance du secteur de l’agriculture a toujours permis au pays de ne pas traîner la croissance économique au fond du gouffre. Malgré le fait que cette croissance en général évolue en dents de scie, l’agriculture demeure un petit filet de sécurité pour la grande majorité de la population.

En tenant compte des trois quart de la population qui pratiquent et vivent de l’agriculture, le premier pas vers le succès serait effectivement de mobiliser les producteurs.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.