Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Révision annuelle de la liste électorale : risque de non atteinte de l’objectif

Révision annuelle de la liste électorale : risque de non atteinte de l’objectif

La campagne pour la révision annuelle de la liste électorale (Rale) est en cours  actuellement et prendra fin le 31 janvier prochain. Lors d’une intervention sur la chaîne nationale en fin de week-end, le vice-président de la Commission électorale nationale électorale indépendante (Ceni), Thierry Rakotonarivo, a fait preuve d’ une certaine réticence.

200.000. C’est le nombre des citoyens en âge de voter, inscrits depuis le début de la Rale à Madagascar en décembre dernier. Une statistique qui pourrait fausser les prévisions de la Ceni qui espèrent 780.000 nouvelles inscriptions pour cette campagne afin d’atteindre la barre des 10 millions d’électeurs. Pourtant il ne reste qu’un mois avant la clôture de cette Rale.

 Les raisons évoquées sont multiples. «Tout d’abord, il y a une manque de sensibilisation au niveau des fokontany. Les citoyens ne sont pas motivés à vérifier leur nom, encore moins de s’inscrire. Une autre raison vient de certains chefs de  fokontany qui font un amalgame entre les obligations au sein des fokontany et de la campagne en conditionnant la possibilité d’inscription. Certains chefs de fokontany exigent à ce que les citoyens s’acquittent de leurs droits au sein du fokontany avant de procéder à leur inscription. Troisième raison évoquée, c’est l’absence d’éducation citoyenne et de sensibilisation des partis politiques et de la société civile. Ils manquent à leur devoir», a déclaré Thierry Rakotonarivo.

Attente…

Ce responsable auprès de la Ceni a rappelé l’importance de cette Rale qui est la dernière avant les élections de 2018.  «Ceux qui ne sont pas inscrits dans la liste ne pourront pas participer aux élections», a-t-il rappelé.

La Ceni est actuellement en attente de la session extraordinaire pour procéder à l’étude des projets de lois organiques portant sur les élections. «Il est impératif que le décret d’application de ces lois soit promulgué au plus tard en mars prochain afin que la Ceni puisse procéder à leur vulgarisation auprès des électeurs», a poursuivi le vice-président de la Ceni. Mais il faut préciser que la date de la session extraordinaire n’est pas encore déterminée.

Par la même occasion, Thierry Rakotonarivo a fait savoir que la Ceni est reconnaissant envers les dirigeants d’avoir choisi le chemin de la consultation et du dialogue en ce qui concerne les projets de loi. «C’est important du fait que les décisions seront prises d’une manière inclusive et les lois seront le fruit d’une entente cordiale entre la société civile, les parlementaires et les politiciens», a-t-il déclaré.

Les consultations politiques se sont poursuivies avec la société civile après celles du Mapar. Prévues se tenir vendredi dernier, les consultations avec le groupe parlementaire Tim n’ont pas eu lieu selon les informations.

Nadia

 

Les commentaires sont fermées.