Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Accidents durant la fin de l’année : Uun bilan contrasté

Accidents durant la fin de l’année  : Uun bilan contrasté

Selon les statistiques de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), le bilan des accidents durant la dernière nuit de l’année 2017 a été marqué par une baisse des chiffres par rapport celui de l’année 2016.

D’après le bilan des accidents durant la célébration de la fin d’année 2017 et début 2018, l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) a enregistré une réduction de 50% d’accidents à Antananarivo par rapport à 2016-2017.

Durant la fin de l’année 2016, l’HJRA a reçu 271 patients. Un chiffre qui a diminué de moitié cette année car 131 consultations ont été relevées dans la journée du 31 décembre jusqu’au 1 janvier 2018 à 6 heures.

Parmi ces consultations, les cas d’accident à responsabilité civile ont été les plus fréquents. Ils sont au nombre de 74 cas dont 4 victimes ont été hospitalisées. Selon Dr Mami, les rixes sont à l’origine de la plupart de ces cas. Ceci étant, plusieurs cas de fracture du crâne et de blessures par des objets tranchants ont été traitées à l’hôpital.

Par contre, c’est  l’accident de la circulation qui a fait le plus de victimes. 9 cas d’hospitalisation ont été enregistrés sur les 17 accidents de la route signalés.  Un cas de décès a été enregistré. Il s’agit d’une personne qui a été heurtée par une voiture à Andohatapenaka durant le réveillon du nouvel an. Elle a été évacuée d’urgence à l’hôpital mais ses blessures ont été telles qu’elle n’a pas survécu. Selon les informations recueillies au sein de l’hôpital, le chauffard s’est enfui. A part ces accidents, l’urgence de l’HJRA a également reçu des patients victimes de coma éthylique. En général, la nuit de la Saint-Sylvestre s’est passée plus ou moins dans la calme dans la capitale. La plupart ont préféré accueillir le nouvel an entre famille, d’autres ont passé la soirée  dans les quartiers populaires comme à Analakely, tandis que les fortunés se sont défoulés dans d’autres espaces proposant des menus et des prix plus ou moins alléchants.

Ando Tsiresy

 

Les commentaires sont fermées.