Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : Ranavalo et Gallieni (2) (Suite et fin.)

« Il alla vers la petite reine éplorée, et, sans craindre la blague de ces Parisiens qui l’observaient, il mit un genou en terre, la main sur la poitrine, selon la pose rituelle des anciens Malgaches, ses courtisans d’autrefois, et lui murmura tout bas quelques mots cabalistiques en langage hova.

« Aussitôt nous vîmes Ranavalo revenir à elle, se redresser fièrement et prendre, avec un geste qui ne manquait pas de noblesse, le bras du chef, qui la conduisit à table avec la même dignité qu’il aurait mise à y conduire la reine d’Angleterre. »

Le Gaulois 26 mai 1917.

Les obsèques de la reine Ranavalo

Les obsèques de la reine Ranavalo ont eu lieu hier matin au milieu d’une nombreuse affluence et avec l’apparat qui était dû à l’ex-souveraine de Madagascar et à son titre de Grand-Croix de la Légion d’honneur dont elle était titulaire, au titre étranger.

  1. le Gouverneur général, entouré de toutes les personnalités civiles et militaires y assistait, ainsi qu’une délégation des Femmes de France.

Après la levée du corps, le cortège s’est rendu au Temple de la rue de Chartres où des prières ont été dites.

Des détachements de troupes rendaient les honneurs.

L’inhumation a eu lieu au cimetière de Saint-Eugène.

Une foule énorme, profondément recueillie, était massée aux points principaux du parcours, curieuse d’assister aux obsèques d’une reine qui, dans son exil, s’était attiré de nombreuses et vives sympathies, tant par sa douceur et sa bonté que par son inépuisable charité.

L’Écho d’Alger 26 mai 1917.

Mort de Ranavalo

L’ex-reine de Madagascar, qui, depuis sa déposition par le général Gallieni, habitait Mustapha-Superior (Alger), vient de succomber dans la villa «Tananarive» aux suites d’une embolie. Elle était âgée de cinquante-cinq ans.

Elle avait, dit-on, très bien pris son parti de l’exil auquel la politique hostile à la France de l’ex-gouvernement hova l’avait condamnée.

Ses obsèques ont lieu aujourd’hui. Elle sera inhumée au cimetière Saint-Eugène.

Le Radical

25 mai 1917.

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.