Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Université d’Antananarivo : Les enseignants en grève illimitée

Université d’Antananarivo : Les enseignants en grève illimitée

N’ayant pas obtenu gain de cause à  l’issue d’un ultimatum de 72 heures, qui a pris fin avant-hier, le Syndicat de enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (Seces) Antananarivo entre dans sa prochaine étape de revendication. Cette section du Seces a décrété une grève illimitée depuis hier, comme il a été convenu à l’issue de l’assemblée générale, qui s’est tenue hier à Ankatso.

Aussi, les cours, tout comme les recherches à l’université d’Antananarivo seront suspendus jusqu’à nouvel ordre. «Les activités à l’université ne reprendront leur cours normal que lorsque les ministères concernés donnent une suite favorable aux requêtes des enseignants», a souligné le président du Seces Antananarivo, Sammy Grégoire Ravelonirina, joint au téléphone.

Droit à la grève

Notre source dément la déclaration du ministre de tutelle comme quoi la section régionale du Seces n’est pas habilité à décréter une grève, une mission qui incombe plutôt au bureau national du Seces. «En tant que syndicat autonome, le Seces section Antananarivo, ainsi que les autres sections dans les provinces, ont tout à fait le droit d’observer une grève selon les législations en vigueur définies par le Code du travail et le règlement intérieur du syndicat», a-t-il fait valoir.

Les revendications du Seces Tanà, rappelons-le, portent notamment sur le paiement des  indemnités de recherche pour les enseignants-chercheurs retraités ainsi que  les heures complémentaires des enseignants. Sur ce dernier point, les enseignants n’approuvent pas également la révision de l’horaire «d’obligation de service» de 200 heures par année universitaire, qui a été contestée par ces derniers depuis 2005. D’où la suspension de l’application du décret y afférent  et le maintien des 125 heures de cours. La donne a pourtant changé dans la mesure où le ministère de tutelle a ordonné récemment  l’application de cette loi de 2005, sans avoir consulté au préalable les enseignants.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.