Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Cataclysmes naturels : 2017, année de toutes les catastrophes pour Madagascar

Cataclysmes naturels : 2017, année de toutes les catastrophes pour Madagascar

Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a présenté le bilan de ses réalisations en 2017 hier à son siège à Antanimora. Trois grandes catastrophes ont été soulignées, ainsi que quatre autres à titre émergentes.

Trois grandes catastrophes ont frappé Madagascar cette année: cyclones, peste et incendies. Le cyclone tropical «Enawo», le plus puissant enregistré au pays après «Gafilo» en 2004, a remporté la mise, comme en témoigne le don numéraire d’environ deux milliards d’ariary qui a été mobilisé. «Enawo a englobé le tiers de la dépense du BNGRC cette année», a noté le Secrétaire exécutif adjoint de ce bureau, le général Charles Rambolarson. 17 régions ont été touchées par ce cyclone, dont la Sava qui a été la plus meurtrie, le bilan a fait état de 81 morts et 437 405 sinistrés.

Pour les deux autres catastrophes, la peste a présenté un bilan de 133 morts et 13 régions ont été concernées. Quant aux incendies, 18 régions ont été touchées avec 11 personnes décédées et 19 555 sinistrées.

Catastrophes émergentes

Le BNGRC a également évoqué quatre catastrophes émergentes en 2017. Il s’agit de la catastrophe industrielle dont l’explosion d’une cuve pétrolière à Ambohimanambola faisant deux morts et plusieurs blessés. Suit après la catastrophe biologique avec l’invasion de chenilles légionnaires, menaçant les cultures céréales de la région Melaky et une partie du Menabe. Les catastrophes antrophiques dont les accidents de la circulation, si on ne parle que celui d’Ankazobe. En dernier lieu, la catastrophe géologique avec les éboulements comme celui du Fokontany Ambodiaramy, commune rurale d’Ambinanitelo, district de Maroantsetra, ainsi que le séisme enregistré au mois de janvier d’une magnitude de 5,9 à l’échelle de Richter.

En 2017, plus de 18 régions ont été touchées à Madagascar par des catastrophes de toutes natures.

Forte mobilisation des moyens humains

 7 100 personnes par jour ont été enrôlées par le BNGRC pour toute mission confondue dans la gestion des risques et catastrophes. 33% ont été mobilisés dans des activités de réponses aux urgences de toutes natures, et 66% dans des activités de préparation et de prévention. Dans cette dernière activité, on peut citer, entre autres, la formation des volontaires dans la Gestion des risques et catastrophes (GRC) et l’initiation des élèves aux cultures du risque.

Perspectives

Pour l’année à venir, le BNGRC envisage l’ouverture de six nouveaux centres régionaux, dont le renforcement des capacités de résilience va être particulièrement souligné. L’intégration des démembrements territoriaux ainsi que l’exploitation des données issues de la station de surveillance des inondations du Mesa Sadc seront comprises dans son organigramme. «Si les moyens nécessaires seront réunis, il se pourrait que le BNGRC aura un nouveau siège à Ambohijanaka», a indiqué le général Charles Rambolarson.

Recueillis par Sera R.

Les commentaires sont fermées.