Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Foyers de tension : Le gouvernement invité à voir plus loin

Foyers de tension : Le gouvernement invité à voir plus loin

 

Face aux sénateurs, hier, le gouvernement n’a pas été épargné par les questions relatives à la hausse du prix de certains produits. Le président du Sénat a profité de l’occasion pour tacler ses anciens collègues alors qu’auparavant, il faisait partie de cette équipe.

Aveu de faiblesse ? Le président du Sénat Rivo Rakotovao n’a pas hésité à interpeller ses anciens collègues du gouvernement.  Il a invité le ministre du Commerce et de la consommation ainsi que le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique à apaiser les foyers de tension qui existent au sein de leur département.

A ce sujet, il n’a pas manqué d’interpeler le ministre du Commerce et de la consommation. « Il faut voir le coût social… Nous ne pourrons pas simplement dire à la population que c’est la loi de l’offre et de la demande », a-t-il déclaré.

Techniques

Certains membres du gouvernement ont en effet l’habitude de se cacher derrière des explications techniques, alors que la population attend simplement du concret. « Soyons vigilants car nous sommes des dirigeants étatiques, nous devons avoir une politique volontaire (…). C’est nous qui allons faire face à cela dans les semaines à venir (…) »,

a-t-il ajouté.

Une allusion à l’éventuelle tension que pourrait causer cette hausse simultanée du prix des PPN. Sans oublier que l’année à venir sera une année électorale. Et lui d’ailleurs d’ajouter que, « Nous allons entrer dans une période électorale l’année prochaine (…) nous devrons prendre en compte les secteurs là où il peut y avoir des foyers de tension, comme c’est le cas au sein de l’enseignement supérieur ».

A à travers ses déclarations, le président du Sénat ne fait que révéler les limites de la vision d’une équipe à laquelle il a appartenu, il y a peu de temps. Même si le numéro un du HVM ne fait plus partie de l’équipe gouvernementale, il ne pourra pas se désolidariser de l’échec du régime actuel, car il a été ministre depuis le début du mandat présidentiel. D’ailleurs, avant son arrivée à la tête du Sénat, il a été en charge de l’Agriculture et de l’élevage de l’équipe de Mahafaly et qu’à ce titre, il est en partie responsable du marasme du monde agricole à l’heure actuelle.

Les sujets sensibles écartés

En tout cas, hier, l’Exécutif, à travers le Chef du gouvernement Olivier Mahafaly a encore une fois montré l’art de se défiler face aux questions pertinentes et sujets gênants, comme les élections ou encore le cas du sénateur Lylison René de Roland. Le Premier ministre a d’ailleurs complètement ignoré la question sur la différence de traitement à l’endroit du  sénateur de Mahajanga et celui de Fianarantsoa, Riana Andriamandavy VII.

A la question d’une sénatrice pour avoir plus de précision par rapport aux calendriers électoraux, le Premier ministre a choisi d’ignorer le sujet, en donnant des réponses évasives sur des points que tout le monde connait déjà, notamment le processus d’élaboration des textes électoraux.

« Sur la loi électorale, nous avons déjà pris toutes les précautions en invitant toutes les parties prenantes, (…). Nous avions examiné les standards internationaux, les acquis régionaux et le contexte malgache », a-t-il déclaré. Pour ce qui est du non transmission des projets de textes au niveau du Parlement, le Chef du gouvernement a insisté sur le fait que le dialogue se poursuit.

« Selon les consignes du président de la République, nous n’avons pas directement déposé ces projets de texte au niveau du Parlement car c’est un sujet que nous allons encore débattre avec les acteurs politiques, les partenaires techniques et la société civile », a-t-il plaidé, en ajoutant que

« nous n’avons rien à cacher ».

Rakoto

Les commentaires sont fermées.