Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Boeny : Recyclage des volontaires de l’Olep

Boeny : Recyclage des volontaires de l’Olep

L’existence de sites de recherches et d’exploitation pétrolière dans plusieurs zones des régions de Madagascar appelle à l’intensification des mesures d’accompagnement.

L’équipe de l’Organe de lutte contre l’événement de pollution marine par les hydrocarbures, (Olep) a organisé un atelier de renforcement de capacités à Mahajanga, le 5 décembre, à l’intention des acteurs de la lutte contre la pollution marine dans le Boeny.

Les responsables formés régulièrement par l’Olep viennent de bénéficier d’un atelier de recyclage sous l’encadrement du coordinateur national de l’organe, Rolland Rakotondrasata, pour être prêts à réagir et intervenir à temps et dans le respect strict des consignes, en cas de pollution de la mer par le liquide inflammable.

Les participants ont ainsi pratiqué des exercices de simulation face à d’éventuelles pollutions marines liées aux déversements des hydrocarbures et déchets chimiques en mer. Dans ce cadre,  les sapeurs-pompiers et les gens de mer de la région se sont exercés aux déploiements des matériaux de secours tels l’écrémeur, les barrages boudins ou encore les vedettes. Le rappel des techniques usuelles, l’exercice de priorisation des zones d’intervention, à l’aide de la déviation des objets de pollution,  ont été mis en exergue durant l’atelier composé de formations techniques et pratiques à Mahajanga.

Hausse des risques de pollution marine

Les formateurs ont expliqué qu’ils ont choisi spécialement cet exercice vu l’avancée actuelle des recherches pétrolières au pays. Les manœuvres ont d’ailleurs été effectuées le long de la zone portuaire de Mahajanga, où les risques de pollution sont élevés. Les hydrocarbures devant être livrés par voie terrestre en général, une formation théorique a spécialement été dédiée à cette phase de transport à Mahajanga, mardi. Les mesures à prendre en cas d’accident durant le transport routier des hydrocarbures ont été revues simultanément afin de limiter les dégâts  matériaux, écologiques ou même économiques où que  ce soit, en haute mer ou sur route.

Avec plus de 4.850 kilomètres de côtes et plus d’un million de km2 de zones sous sa juridiction, l’Organe de lutte contre l’événement de pollution marine par les hydrocarbures fait figure de leader dans ce domaine dans cette région de l’océan Indien.

Manou

 

Les commentaires sont fermées.