Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Rétinoblastome : Mialitiana sauvée in extremis

Rétinoblastome : Mialitiana sauvée in extremis

Le rétinoblastome est une tumeur maligne oculaire rare qui peut atteindre un œil ou les deux. Il se manifeste en général auprès des enfants de moins de quatre ans, et peut être mortel au stade de la métastase si on ne le détecte pas à temps.

Haingonirina Mialitina, une enfant de 4 ans est atteinte de rétinoblastome. Elle a pu être sauvée à temps en grâce au soutien du Rotary club Antananarivo Tsimbaroa. En effet, faute de moyens, les parents de Mialitiana n’ont pas pu couvrir les analyses et les scanners nécessaires avant son opération, même si la tumeur a été detectée à temps.

Ainsi, cette association a pris en charge la totalité des dépenses nécessaires aux soinx de l’enfant dans le cadre de ses actions citoyennes dans la prévention de la santé de la mère et de l’enfant. «L’intervention chirurgicale oculaire de Mialitiana, réalisée par le professeur Léa Raobela, s’est déroulée hier à l’HJRA Ampefiloha, sans aucun incident», selon son père, Aristide Rasolofonirina.

Des nombreux cas apparus

D’après une spécialiste en ophtalmologie, le Pr Léa Raobela, non moins chef de service de l’Unité de soin de formation et recherche (USFR) de l’hôpital Sainte Fleur de l’HJRA Ampefiloha, «Le rétinoblastome fait partie des maladies rares. Cependant, de nombreux cas ont apparu ces dernières années à Madagascar».

Une étude menée par des médecins et des chercheurs anglais, en 2012, a fait sortir le taux d’incidence annuel de 3,5 millions d’enfants de moins de cinq ans qui sont atteints de cette maladie dans le monde. De leur côté, les Américains ont avancé le taux d’incidence de 53 millions d’enfants de moins de 14 ans, dont 45% sont âgés moins de 15 mois.

Peut être détecté à temps

Le rétinoblastome se développe au niveau de la rétine pendant la vie intra-utérine. Il se manifeste par l’existence d’un reflet blanchâtre de la pupille, connu sous le nom d’œil de chat amaurotique, ou encore par la présence de l’œil qui louche.

Afin de détecter à temps cette maladie, si un de ces deux cas se présente, les parents sont donc invités à consulter au plus vite un ophtalmologue. Dans la majorité des cas, quand il sera trop tard, l’ablation de l’œil à travers une intervention chirurgicale est inéluctable. «Cette opération fait peur aux parents. Et avant de revenir à l’hôpital, ils essaient de trouver d’autres solutions ailleurs», a mentionné le chef service de l’USFR.

Sera R

 

Les commentaires sont fermées.