Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Conseil des ministres-congres régional : l’Etat au service du HVM

Conseil des ministres-congres régional  : l’Etat au service du HVM

Rendre l’utile à l’agréable. C’est ce que les membres du HVM prévoient de faire durant ce week-end à Mahajanga. Tout ceci, évidemment, au frais des contribuables.

Un conseil des ministres décentralisé et un congrès du parti présidentiel, au même endroit et au même moment. Ce n’est pas le fruit d’un hasard. C’est ce qui va se passer en fin de semaine à Mahajanga.

Le HVM prévoit de tenir son congrès régional dans la Capitale du Boeny. Une réunion politique à laquelle seront invités tous les adeptes de la «cravate bleue». D’après des indiscrétions, les dirigeants ont décidé de tenir aussi, samedi prochain, sur place un conseil des ministres, mettant en avant la décentralisation comme principale argument.

Ce fut déjà le cas lors des précédents conseils des ministres décentralisés où il était question de sujets qui intéressaient la localité concernée.  Pour autant, le congrès régional du parti présidentiel précède toujours le rendez-vous. C’est dire que le régime continue de mélanger les affaires internes du parti avec celles de l’Etat.

A travers cette initiative, il est clair que les tenants du pouvoir n’ont rien appris des leçons du passé et ce, en érigeant un parti-Etat. Une idée qui a déjà fait chuter les précédents régimes, mais que visiblement le HVM entend rééditer, encore une fois, à sa guise. En oubliant au passage que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Quid des fonds ?

Rien n’est étonnant du fait que la plupart des membres du gouvernement ont accepté de plein gré d’être partisans du parti présidentiel. Ce qui exacerbe dans ces deux contextes, c’est le fait de mélanger l’affaire du parti avec celle de l’Etat. Ce qui entraîne une interrogation sur les fonds utilisés à titre de dépenses occasionnés par ces évènements. Il est clair que le conseil des ministres sera au frais des contribuables, mais quid du congrès du HVM ?

Pour les contribuables, aucun blâme ne sera donné aux dirigeants du HVM d’avoir organisé son congrès à Mahajanga. D’ailleurs, la loi exige à chaque parti de tenir des congrès régionaux avant le congrès national. Pareillement pour le gouvernement qui peut choisir une région pour son conseil. Décentralisation oblige.

Sauf qu’au moment où tous les regards sont rivés vers la présidentielle de 2018, la  transparence autour du financement de ces évènements reste floue. Sous cette optique et à défaut d’explications justifiées, les contribuables ont comme impression que ses impôts ont été utilisés à des fins politiques qui n’ont rien à avoir avec le développement du pays.

Personne n’est dupe. Comme le régime est à l’affût de toutes les opportunités pour partir en précampagne, ce conseil des ministres décentralisé tombe à point nommé  au profit du candidat du parti. En tout cas, à l’heure où les lois électorales font l’objet de débats et de discussions, le contexte semble être idéal pour l’examen d’un projet de texte sur le financement des partis politiques. C’est aussi un gage d’élections crédibles.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.