Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Processus électoral : pas d’ingérence, se défend l’UE

Processus électoral  : pas d’ingérence, se défend l’UE

A peine la communauté internationale, en l’occurrence l’Union européenne (UE), a-t-elle exprimé ses points de vue à propos de la tenue des élections à venir dans le pays qu’elle est déjà taxée d’ingérence. Sans attendre, l’Ambassade de l’UE à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito a remis les pendules à l’heure hier lors d’un dialogue politique entre les deux parties.

La déclaration du parlement européen à Strasbourg à propos des élections libres sans exclusions en 2018 a sonné comme un glas pour le régime. Le message est mal digéré et en dit déjà long sur la conjoncture actuelle relative à la reforme déjà controversée des lois électorales.

Si le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana a bien dit que Madagascar est un pays souverain…de conduire ses affaires sans ingérence extérieure, Antonio Sanchez-Benedito, quant à lui, n’a pas dit le contraire – c’est clair comme de l’ eau de roche – mais a davantage mis les choses au clair. En un mot, il n’y a pas eu d’ingérence.

L’ambassadeur de l’UE ne qualifie aucunement d’ingérence les récentes déclarations  du parlement européen. «Il n’y a aucune ingérence, il n’y a pas d’indifférence non plus. Cela fait partie du débat politique qui existe au sein du parlement comme cela existe à Madagascar. Le mandat du parlement est un mandat politique, il faut travailler dans ce sens. Il nous donne des recommandations et quelques indications. Je tiens à rappeler que l’UE ne joue pas le rôle d’ingérence  mais  celui de partenaire qui s’occupe et se préoccupe  de pays amis comme Madagascar », a-t-il clarifié.

Passé récent

Malgré tout, dans un souci de transparence et de confiance, les différents points soulevés par l’UE ont été décortiqués lors de la consultation entre l’UE et le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana à Mahazoarivo. Où en est les préparatifs de ces fameuses élections inclusives, transparentes et acceptées par tous ?

«Ce sont des principes auxquelles nous nous attachons. Le souci du parlement et de l’UE est d’éviter tous risque au vu des expériences passées à Madagascar. Il faut sortir de ce cycle et consolider la stabilité et la démocratie durable », a expliqué l’ambassadeur Antonio Sanchez-Benedito.

Dans le même registre, le Premier ministre en parlant des nouveaux codes électoraux, a encore mis l’accent sur la tenue d’un scrutin inclusif. Toutes les propositions ont été prises en compte comme le financement des campagnes électorales ou encore l’indépendance de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Et d’ajouter dans un communiqué que «Les participants à cette réunion se sont convenus que le temps n’est plus aux perturbations, mais à l’apaisement pour qu’on puisse se focaliser totalement dans la préparation des élections de 2018». En d’autres termes, les partis politiques et la société civile n’ont rien à craindre une fois les textes seront entre les mains des élus.

Lutte contre la corruption et la criminalité

Mis à part les élections, la lutte contre la corruption ainsi que l’insécurité ont été abordés lors de la rencontre.

«Nous avons étudié ensemble l’amélioration de l’appui budgétaire avec quelques engagements qu’il faudrait renforcer notamment SUR le contrôle des dépenses publiques, la lutte contre la corruption. Mais également le renforcement du partenariat en matière de sécurité, en l’occurrence la lutte contre la criminalité et le phénomène de kidnapping qui a un impact sur le développement économique du pays. L’UE est fortement engagée en matière sécurité maritime », a souligné l’ambassadeur de l’UE à Madagascar.

Le chef du gouvernement a raffermi cette déclaration de l’ambassadeur en déclarant la mise en place incessamment du Pôle anti-corruption (Pac) ainsi que la Haute cour de justice (HCJ). «Ces mesures ont été prises pour démontrer que nous nous acheminons vers la mise en place effective de l’Etat de droit. Nous appelons à une coopération de tous. Nous nous engageons à lutter contre la corruption et les trafics et nous l’avons démontré à plusieurs reprises», a déclaré Olivier Mahafaly Solonandrasana.

Nadia

Les commentaires sont fermées.