Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mauvais coup

Mauvais coup

La fin de l’année s’annonce houleuse dans la spirale politique. Madagascar entame en quelque sorte la dernière ligne droite vers un processus électoral incertain…Si les règles du jeu élaborées ne convenaient pas à tout le monde notamment aux opposants politiques et à la société civile, cela engendrerait une crise avant les élections qui risque de compromettre le rendez-vous de 2018. Tout repose sur cette réforme ou plus précisément sur cette emprise du régime sur l’élaboration des lois électorales.

En fait, quand les ténors du HVM martèlent à chaque intervention médiatique que l’élection à venir sera crédible, transparente, libre et que tous pourront se porter candidat à condition que les lois le permettent, les politiques et la société civile s’attendent déjà au pire. Ces derniers doutent un mauvais coup sur les critères à remplir pour être candidat à la présidence de la République. A vrai dire, la seule stratégie possible d’empêcher les adversaires de taille à ne pas se bousculer au portillon est de remettre sur le tapis le ni…ni, sous forme de texte adopté par les élus.

Faire tout pour que Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ne figurent pas dans la liste des candidats  est dans la ligne de mire du régime. D’ici peu, sauf revirement de situation,  les nouveaux codes passeront au niveau de l’Assemblée et du Sénat. Et les députés et les sénateurs sont là pour que cette fiction devienne réalité.

A ce stade, une chose est sûre, le régime n’est pas dans les petits papiers de la communauté internationale. Cette dernière n’a cesse de rappeler une élection libre, garant de l’apaisement et de l’instabilité qui sont des climats favorables pour le développement. En un mot, l’instance internationale s’attend à un code cautionné avant tout par les parties prenantes. Dans le cas contraire, 2018 sera l’année d’une nouvelle crise politique de tous les dangers.

JR.

 

Les commentaires sont fermées.