Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mariage des enfants : la Grande île au 14e rang des pays ayant le taux le plus élevé

Mariage des enfants  : la Grande île au 14e rang des pays ayant le taux le plus élevé

Constituant depuis des années un problème de société majeur, le mariage des enfants est toujours d’actualité à Madagascar, avec une certaine ampleur dans les régions du sud et sud-ouest du pays. Une première action tangible visant à maîtriser ce fléau social est enfin menée.

Sombre bilan. Se positionnant au 14e rang des pays du Moyen-Orient, Amérique Latine, Asie du Sud, Europe et Afrique Subsaharienne où se trouvent les taux les plus élevés en matière de mariage précoce, la Grande île affiche un taux moyen de prévalence de 41,2%. Selon les dernières statistiques, cette triste réalité touche particulièrement les parties sud et sud-ouest de l’île avec plus de 63 % des filles en union avant l’âge de 18 ans pour la Région  Melaky. Ce sombre bilan a justifié l’initiative de l’Etat et les Partenaires techniques et financiers (PTF), dont l’Unicef,  à adopter une stratégie visant à inverser cette tendance, via la Stratégie nationale de lutte contre le mariage des enfants (SNLME) 2017-2024, qui vient d’être adoptée hier à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfant, célébrée hier à l’hôtel le Paon d’Or à Ivato.

La situation est également critique dans l’Atsimo Atsinanana, qui affiche un taux de 59,8%, suivi par Menabe avec 58,4%, Ihorombe (58,1%), Atsimo Andrefana (56%), Sofia (55,8%), Androy (55,3%) ou encore Anosy (54,1%)…Seules trois régions sur les 22, à savoir Atsinanana, Analamanga et Vakinankaratra, ont une prévalence inférieure à 30 %, ce qui fait du mariage des enfants un des problèmes majeurs auxquels font face les enfants. Généralement, les us et coutumes locaux favorisent cette pratique.

Réduire le taux de prévalence à 21,2% en 2024

Le principal objectif de cette Stratégie, menée sous l’égide du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), consiste à réduire de 41,2 % à 21,2% le taux de prévalence du mariage des enfants à Madagascar en 2024, soit une diminution de 20 points en 7 ans. Un objectif qui s’articule aux priorités nationales, via les Objectifs du développement durables (ODD), sur qui le pays adhère, et le Plan national de développement (PND), qui met la lutte contre le mariage des enfants parmi les priorités du pays.

Dans ce cadre, les parties prenantes entendent renforcer l’engagement des communautés et des familles à prévenir l’union ou le mariage des enfants par le changement de comportement, à développer les capacités des enfants à se protéger de l’union ou mariage et de la grossesse précoce. Renforcer les capacités institutionnelles dans la lutte contre ce fléau constitue également une priorité. Le budget nécessaire à la réalisation de cette Stratégie s’élève à hauteur de 9.787.265 dollars, soit plus de 29 milliards d’ariary.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.