Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : pièges en décentralisation trouble

La décentralisation a cessé d’être avant d’avoir été. Escroquerie que d’essayer encore de vendre les mérites de la décentralisation. Dès l’origine faute peut-être d’avoir cerné le concept ou pire d’avoir eu l’intention d’étouffer le bébé à la naissance, on a langé le système dans un cadre par essence contre-nature. Comment espérer favoriser l’épanouissement de la décentralisation en la mettant sous tutelle du pouvoir central, par essence centralisateur. C’est ce qui a été fait par la création d’un Ministère de la Décentralisation ? Un non-sens assassin ! On aurait voulu chercher une méthode castratrice que l’on n’aurait pas trouvé meilleure manière. Le plus étonnant c’est que l’on ait réalisé cette opération au grand jour et sans honte comme s’il n’existait rien de plus normal. Le procédé se perpétue depuis des lustres.

Comme si ce moyen ne suffisait pas à garantir l’échec de la décentralisation, on a créé le découpage de nouvelles collectivités au sommet du système : les Régions, au nombre de 22. Belle invention sur papier, idéale par la taille, prometteuse de servir de cadre à de potentielles réussites de développement. Bidonnage ! A leur naissance, il leur a été infligé un handicap, un empêcheur de croissance : le pouvoir central a interdit de leur couper le cordon ombilical. Argument fallacieux ! Les populations des Régions devaient passer une période d’essai ( ?) avant d’être déclarées aptes à élire leurs Chefs de Région respectifs. C’est vrai que la population fait parfois preuve de maladresse à élire les bons, pour preuve que de fois ils se sont trompés dans le choix des Présidents. Mais si ceux qui décident que le peuple est adulte pour les avoir élus, pourquoi les populations ne seraient pas assez matures pour être capables d’élire leur chef à échelle

plus restreinte ? Foutage de gueule ! Et ça perdure. Et maintenant on promet de s’occuper du Fokontany : collectivité décentralisée ou relais du pouvoir central ? Il n’est pas interdit d’en faire un levier électoral proche de la population de même que la Région n’a de raison d’être actuellement qu’à travailler l’image du Président et du Gouvernement. Pas élus, nommés par le pouvoir central comment ose-t-on faire passés les Chefs de Régions, agents aux ordres, comme des Chefs de collectivités décentralisées ?

Léo Raz

Les commentaires sont fermées.