Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Un PDS a la CUA : Julien Randriamorasata n’y croit pas

Un PDS a la CUA  : Julien Randriamorasata n’y croit pas

La maire de la Capitale, Lalao Ravalomanana, serait-elle remplacée par un président de la délégation spéciale (PDS) parce que l’Association de taxi opérant à Antananarivo l’a demandé ou parce que la conseillère municipale Lalatiana Ravololomanana a interpellé l’Etat sur la mauvaise gestion et le manque de transparence au sein de la CUA ?

Les relations houleuses entre la CUA et l’Exécutif ne sont plus à démontrer. Les partisans du Tim craignent même que si cette tension tendue continue, notamment à l’approche de la présidentielle, l’Etat n’hésitera pas à chercher des noises pour révoquer Lalao Ravalomanana de son poste. D’ailleurs ces derniers temps, les attaques et les critiques contre la CUA, venant de ses détracteurs se multiplient.

«Je ne pense pas que le président de la République et le premier ministre pensent remplacer la maire par un PDS. Le premier ministre épaule les maires dans l’exercice de leur fonction. Les revendications et les remarques de Lalatiana Ravololomanana sont infondées», a révélé le deuxième adjoint auprès de la CUA, Julien Randriamorasata, lors d’une conférence de presse la semaine dernière

Et de souligner, «Elle s’est empressée de déposer une plainte auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) parce que sa mission est de faire tout son possible pour destituer la maire avant les élections pour que le PDS d’Antananarivo puisse prendre ses fonctions. Mais c’est un faux calcul, ses actions ne vont pas atteindre la maire».

Problèmes de subvention

Ce haut responsable de souligner que le chef du gouvernement, dans ses multiples rencontres avec les maires des grandes villes, a promis de les aider. «La commune est confrontée à un manque de subvention, mais nous nous efforçons de chercher des solutions. Sauf que certains ne se gênent pas de nous mettre les bâtons dans les roues», s’est plaint Julien Randriamorasata.

Dans cette perspective, la CUA et la coopération allemande (GIZ) vont coopérer pour mettre en œuvre le «projet de recensement des terrains et des propriétés bâties». Ainsi, en marge d’une réunion qui s’est tenue le week-end dernier avec la direction des mobilisations des ressources (DMR), il a été annoncé que la CUA utilisera le «Logiciel IFPB-IFT-V.3.0» pour faciliter le recueil des données sur les constructions et les terrains appartenant à la ville d’Antananarivo.

La Giz se chargera de former les agents de la CUA dans la manipulation de ce logiciel qui sera dispatché au niveau des six arrondissements et dont le serveur sera centré au sein de l’hôtel de ville.

Nadia

 

Les commentaires sont fermées.