Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Spectacle multidisciplinaire : « Naïf » fait preuve de sagacité

Spectacle multidisciplinaire  : « Naïf » fait preuve de sagacité

C’est à grand renfort d’applaudissements que le public de l’IFM Analakely a affiché sa satisfaction, samedi dernier, lors du spectacle  pluridisciplinaire sobrement intitulé « Naïf ».

Une pièce mariant slam, poésie,  chorégraphie, élément sonore et vidéographique, « Naïf » a laissé la part belle à un jeune duo plein de ressources et de talent. Gad Bensalem et Judith Olivia Manantenasoa, à eux tout seul sur scène, ont assuré avec succès le show.

« C’est l’histoire d’un homme… l’histoire d’un pays, l’histoire d’un gars », fredonne à plusieurs reprises le comédien. Dans une chorégraphie avec un subtil mélange de vers, le duo se met dans la peau d’un enfant qui essaie de se remémorer de son enfance, en racontant l’histoire de ses parents et de son pays. Entre éclat de rires, silences, soupirs… l’émotion était à son comble.

La finalité du spectacle n’est pas de marier danse et poésie mais plutôt de démontrer la complémentarité de ces deux disciplines. Le décor joue sur une galerie de cageots de bière que les comédiens ont emboîtés les uns sur les autres.

Hommage à Rudi

Pour la réussite de cette pièce, Gad s’est entouré d’une bonne poignée d’artistes confirmés.  Sous la direction artistique de Fela Razafiarison, le spectacle s’appuie aussi sur une riche bande-son de Volahasiniaina Linda.

En chantier depuis un bon bout de temps, cette pièce devait être jouée en trio avec Rudi Rehava mais le destin en a décidé autrement. Raison pour laquelle cette représentation a été dédiée à la mémoire de cette figure emblématique de la culture hip hop malgache.

« Le spectacle n’a aucunement changé suite à la tragique disparition de Rudi. Nous n’avons pas à le remplacer. Nous faisons comme s’il est toujours là avec nous. Ceci étant,  nous avons dû travailler ses textes à un certain moment tout en se disant, comment Rudi les aurait interprétés à sa façon ». Dans le même contexte, « Naïf » fait un clin d’œil à Albert Rakoto Ratsimamanga et Jean Verdi Salomon Razakandrainy.

Joachin Michaël

 

Les commentaires sont fermées.