Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Gestion des finances publiques : 45 millions de dollars de la Banque mondiale

Gestion des finances publiques : 45 millions de dollars de la Banque mondiale

La Banque mondiale compte accompagner les initiatives de l’Etat à améliorer les finances publiques et le climat de l’investissement. Un don de 45 millions de dollars à été approuvé par l’institution, hier.

La Banque mondiale vient d’approuver un don de 45 millions de dollars destiné à soutenir les réformes financières publiques et améliorer le climat de l’investissement dans la Grande île. Cette aide fait suite à un premier projet équivalent et entend aider les autorités malgaches à poursuivre les efforts entrepris depuis 2014 pour accélérer la relance socioéconomique.

Outre l’accroissement des recettes fiscales, la réduction des subventions qui ne profitent pas aux couches sociales démunies et le renforcement de la gestion en matière d’investissement public, une série de réforme sera aussi financé par ce projet.

Il s’agit entre autres de l’amélioration des pratiques de passation des marchés au niveau de la Jirama, la réduction des délais de règlement des différends commerciaux ou encore le renforcement de la stabilité des banques de micro finance. Par ailleurs, une série de financements complémentaires sont actuellement en préparation, qui visent à promouvoir une croissance résiliente, apprend-t-on de la Banque Mondiale.

Un programme sur deux ans

En outre, le nouveau programme, qui s’étalera sur deux années, appuiera des réformes qui devraient permettre d’augmenter les recettes fiscales à hauteur de 0,6 % du PIB et de réduire de 0,8 % du PIB les dépenses qui ne favorisent pas les pauvres.

A ce propos, Coralie Gevers, responsable des opérations de la Banque mondiale pour Madagascar de préciser que «Ce programme soutiendra la volonté du gouvernement d’accroître l’espace budgétaire disponible pour les dépenses sociales et d’investissement, tout en s’attachant à stimuler davantage la croissance par le développement du secteur privé».

La note de la Banque mondiale d’expliquer davantage que «L’opération relève d’un financement à l’appui des politiques de développement. Ce type d’opération apporte un soutien financier direct au Trésor public à la condition que le gouvernement réalise un ensemble de réformes structurelles et institutionnelles qu’il aura lui-même initiées et mises en œuvre. Ces réformes doivent permettre d’obtenir des résultats de développement spécifiques, qui contribuent à réduire durablement la pauvreté en stimulant la croissance et en améliorant le niveau de vie des populations pauvres».

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.