Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : une fausse vraie question

Depuis quelques années, vous n’êtes plus responsable mais en charge d’un projet.  Vous ne maîtrisez pas la situation, ne la contrôlez pas plus. C’est la situation qui est sous contrôle. De vous peut-être. Il n’est pas nécessaire de parler balistique pour évoquer un impact. Un événement, peu importe lequel,  impactera l’environnement. Cet impact sera alors une vraie question et très vite un vrai sujet. Ne croyez pas qu’il y ait de fausses questions ou de faux sujets. Il y a des questions moins importantes que d’autres parce qu’elles n’impactent que très indirectement la situation sous contrôle.  Pour rendre la vie plus croustillante, on a ajouté de fausses vraies questions et de faux vrais sujets.

Vous êtes perdu ? Suivez le guide avec un sujet conjugué au pluriel : les bonnes. Nous sommes intarissables sur cette question et son impact sur notre environnement est considérable.  Mais le sujet est trop futile pour être soulevé hors du cercle des personnes en charge des questions domestiques. Il est circonscrit à la sphère féminine, laquelle peine à contrôler la situation.

Une bonne qui rend son tablier, c’est une mère de famille déboussolée, un père de famille furieux qu’on lui accorde moins d’attention au retour du travail et des enfants médusés quand leur mère leur crie : « Je ne suis pas votre bonne ! ». Première responsable du bien-être de  son foyer, la mère de famille trouve très vite une remplaçante dans le contingent  inépuisable des filles de la campagne éblouies par la promesse d’une vie trépidante à la ville. CEPE en poche (ou pas), la demoiselle accepte sans les écouter les conditions de travail proposées par la future patronne, bien souvent une lointaine cousine qui s’échine en vain à « dresser » l’ingrate.

La rencontre tourne au vinaigre, impacte l’environnement familial et professionnel de la dame déboussolée, alimente la ronde des bonnes et la fausse vraie question de la pause nems-sambos : « Où trouver une bonne taillable et corvéable à merci, qui refuse la Cnaps et déteste les congés ? ».

C’est une vraie bonne question.

Kemba Ranavela

 

Les commentaires sont fermées.