Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mois du documentaire : focus sur le Kino-doc

Mois du documentaire : focus sur le Kino-doc

Le mois du film documentaire a démarré samedi dernier à l’IFM Analakely en mettant un accent particulier sur le concept « Kino-doc ».

Chaque année en novembre, la France fête le mois du film documentaire, visant à faire découvrir, à travers de nombreux événements, la richesse de cette forme particulière du 7e art à un large public. L’événement prend doucement sa place au pays grâce à l’association Asa Sary et l’Institut français de Madagascar qui ont apporté leur contribution à la préparation de ce programme. En amont, un Kino-doc a été organisé les 17, 18 et 24 octobre dernier, dont le leitmotiv est de faire bien avec rien, faire mieux avec peu, mais le faire maintenant.

«Le Kino-doc a réalisé 6 projets parmi lesquels 2 n’ont pas pu être projetés. Nous nous sommes fixé comme objectif d’ouvrir le mois du documentaire et par la même occasion de permettre à ces réalisateurs de bénéficier d’une première expérience en public dans le souci d’avoir une version finale améliorée de leur production lors de la prochaine édition des Rencontres du film court (RFC), en 2018», a fait savoir Lova Nantenaina.

Obstacles

Le public de l’IFM a eu le loisir d’apprécier ces projets en chantier lors d’un après-midi de projection.  On notera tout particulièrement «Etre anonyme» de Romi Abiali. «Les personnes défavorisées ne demandent pas toujours que de l’argent, parfois ils ont juste besoin qu’on leur prête une oreille bienveillante. Ce court métrage s’attèle justement à démontrer leurs valeurs dans une société qui a tendance à les méjuger  et les sous-estimer. Ils ont leurs valeurs malgré leur situation», argumente-t-elle.

A cela s’ajoute «Miala sakana» de Stannie Avotriniaina dont le terme «Peut prendre deux sens : être adolescent d’une part et franchir les obstacles d’une part. En plus d’être une discipline sportive en soi, le parcours nous aide également à  surmonter les obstacles dans la vie de tous les jours».

A noter que l’association Asa Sary a pour vocation de promouvoir la culture par le cinéma à Madagascar. Créée en 2012, elle organise régulièrement des sessions de formation et d’  éducation à l’image du «Rec Madagascar project», une résidence d’écriture de scénario.

Joachin Michaël

 

Les commentaires sont fermées.